Tag-Archive for » policier/thriller «

Shutter Island, Dennis Lehane

Présentation de l’éditeur :

Nous sommes dans les années cinquante. Au large de Boston, sur un îlot nommé Shutter Island, se dresse un groupe de bâtiments à l’allure sinistre. C’est un hôpital psychiatrique pour assassins. Le Marshal Teddy Daniels et son coéquipier Chuck Aule ont été appelés par les autorités de cette prison-hôpital car l’une des patientes, Rachel Solando, manque à l’appel. Comment a-t-elle pu sortir d’une cellule fermée à clé de l’extérieur ? Le seul indice retrouvé dans la pièce est une feuille de papier sur laquelle on peut lire une suite de chiffres et de lettres sans signification apparente. Oeuvre incohérente d’une malade ou cryptogramme ? Progressivement, les deux policiers s’enfoncent dans un monde de plus en plus opaque et angoissant, jusqu’au choc final de la vérité.

Mon avis :

Cela faisait un petit moment que je n’avais pas lu de thriller et je remercie PtiteTrolle d’avoir organisé cette lecture commune sur Livraddict, car je dois dire que cette lecture est un coup de cœur.

Ce thriller a tout pour plaire : une trame bien ficelée, des personnages torturés, un environnement oppressant, étouffant au sein d’une petite île qui crée un huit clos énigmatique.

Teddy débarque donc sur l’île avec son nouveau coéquipier Chuck afin de retrouver une patiente disparue d’un hôpital psychiatrique hautement gardée. Que c’est-il passé ? Comment c’est-elle enfuie ? Où est-elle ? Voilà les questions que va se poser le lecteur ainsi que Teddy.

Teddy est un homme meurtri, qui n’arrive toujours pas à se remettre de la mort de sa femme. Femme qui est d’ailleurs très présente dans le récit, que ce soit par des flash-back ou dans les rêves de Teddy. Car Teddy rêve beaucoup et souvent cela porte à confusion le lecteur. L’auteur a d’ailleurs très bien décrit les rêves : énigmatiques et décousus comme la plupart des rêves. Teddy est un homme bon, courageux et fier, il a fait la seconde guerre mondiale ce qui lui a forgé le caractère mais pour qui les démons ne sont jamais bien loin.

Chuck quand à lui est un peu à l’opposé de Teddy dans le sens où c’est un bon vivant, aimant faire des blagues pour détendre l’atmosphère. D’ailleurs, certains dialogues entre les deux marshals sont très cocasses ce qui leur permet de se soutenir dans cet univers.

Car durant leur enquête, personne ne va les aider et plus encore, il semble même que le personnel leur met des bâtons dans les roues.

Il s’agit surtout d’un thriller psychologique. L’auteur a su bien ficelé son intrigue jusqu’à la fin…  et quelle fin ! Je dois dire que je ne m’attendais pas à ça ! Bien sûr, ce qui peut déranger, c’est qu’il s’agisse d’une fin ouverte, permettant à chacun de se faire sa propre opinion. D’ailleurs, si vous le souhaitez, n’hésitez pas à m’envoyer (par mail pour éviter de spoiler) votre avis sur la fin.

Pour conclure, un coup de cœur donc, une atmosphère angoissante et oppressante, une intrigue bien menée, où l’on tourne les pages très vite pour savoir comment cela va se finir… au choix du lecteur !

Une petite citation:

p33:  » Si Dolores était morte depuis deux ans, elle ressuscitait la nuit dans ses rêves, et il lui arrivait certains matins de penser durant de longues minutes qu’elle était dans la cuisine ou en train de boire son café sur le balcon de leur appartement à Buttonwood. C’était un cruel tour de son imagination, oui, mais Teddy avait appris depuis longtemps à en accepter la logique; le réveil, après tout, s’apparentait presque à une naissance. On venait au monde sans passé, puis on reconstituait son histoire personnelle entre deux clignements d’yeux et trois bâillements, on remettait les morceaux dans l’ordre chronologique pour trouver la force d’affronter le présent. »

Adaptation cinématographique :

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=Loil0pu6nvk]

Réalisé par Martin Scorsese
Avec Leonardo DiCaprio, Mark Ruffalo, Ben Kingsley

Long-métrage américain . Genre : Thriller
Durée : 02h17min Année de production : 2010
Distributeur : Paramount Pictures France

Pour une fois, je trouve l’adaptation particulièrement réussie. Léonardo est très convainquant dans le rôle de Teddy, ses démons sont très bien représentés ainsi que sa relation sa femme.

Martin Scorsese a su formidablement introduire les rêves décousus de Teddy au point où le lecteur avait du mal à savoir si c’était un rêve ou pas au début ! De plus, j’ai tout de suite retrouvée cette atmosphère lourde et oppressante du livre. Certains passages m’ont bien fait peur notamment avec les patients qui font assez froids dans le dos ! Un petit bémol par contre au niveau de la fin, où finalement Scorsese a préféré une fin plutôt que l’autre au lieu de laisser l’ouverture.

Livre lu dans le cadre : 

Les avis des autres participant de cette LC:

LefsÖ, Léo Elfique, livrons-nous, petit-lips, Reveline, Simi, Kactuss, Mimipouss, PtiteTrolle, Aidoku, Mélusine, Felina, Naminé,

Un cadavre dans la bibliothèque, Agatha Christie

 

Présentation de l’éditeur :

Le colonel Bantry est contrarié : une jeune femme, vêtue d’une toilette tape-à-l’œil, a été retrouvée étranglée dans sa bibliothèque. Cruelle énigme pour la police. Heureusement, le manoir des Bantry est situé non loin du village de miss Marple. Cette sympathique vieille dame pleine de bon sens permettra-t-elle, une fois de plus, de dénouer toute l’affaire ? Publié pour la première fois en 1946, Un cadavre dans la bibliothèque est la plus célèbre enquête de Miss Marple.

Mon avis :


Et bien, au risque de me répéter encore à chaque fois que je lis un Agatha Christie, elle nous prouve une fois de plus qu’elle est la reine du crime !

Nous voici donc pas loin du village de Sainte-Mary-Mead où le cadavre d’une jolie jeune fille est retrouvé dans la bibliothèque de Mr Bantry. Mr Bantry qui n’est autre que le mari de Mrs Bantry (vous allez me dire, oui jusque là, rien de plus normal) mais qui elle n’est autre qu’une très grande amie de notre chère Miss Marple !

Alors nous voici donc plongé encore une fois dans la bonne société anglaise, où l’argent et les rumeurs vont bon train.

Miss Marple va donc « enquêter » à sa façon et déceler les « replis de l’âme humaine » comme elle aime si bien le dire, une des spécialités de notre vieille fille préférée !

On peut dire que comme d’habitude, Lady Agatha nous à bien balader avec tous les protagonistes. Et même le dernier chapitre, celui de la révélation, j’ai cru enfin déceler le coupable… et bien non ! Mais quand vais-je pouvoir enfin trouver le meurtrier ???

J’ai juste été un peu déçue, car je trouve que Miss Marple n’est pas assez présente dans le roman. En effet, malgré son enquête, on suit également l’enquête policière, mais aussi l’enquête faite par sir Henry, un autre ami de la famille.

Je n’en dis pas davantage au risque de trop en dévoiler, le mieux que vous puissiez faire, c’est de le lire !

 

Livre lu dans le cadre :

Relic, Preston & Child

Présentation de l’éditeur :

Le Muséum d’histoire naturelle de New York prépare une grande exposition sur les croyances mystiques des peuples primitifs. Mais une série de meurtres sauvages sème la panique… D’où vient cette présence mystérieuse qui semble hanter les recoins du musée ? C’est ce que Aloysius Pendergast, expert du FBI, est bien décidé à découvrir. La réponse pourrait-elle se trouver dans les sous-sols, là où ont été oubliées ces mystérieuses caisses, derniers vestiges d’une expédition en Amazonie dont personne n’est revenu ?


Mon avis :

Il y a un petit moment déjà que j’avais envie de lire ce duo d’écrivains au vus des avis élogieux que je lisais. Etant d’un naturel assez droite, je voulais lire les livres dans l’ordre mais impossible de mettre la main sur le premier. Alors quand J’ai Lu a réédité Relic, j’ai été vraiment contente et j’ai choisi ce livre pour mon anniversaire… et je dois dire  qu’il n’a pas eu le temps de rester dans ma PAL !

Relic est donc le premier livre de Preston & Child et premier livre où l’on découvre le fameux inspecteur Pendergast. Je me suis vraiment demandé ce qu’il avait de spécial et j’ai enfin pu le découvrir !  Pendergast est un agent du FBI assez atypique : élégant, intelligent, qui réfléchi avant d’agir et qui ne se laisse pas mettre des bâtons dans les roues. Il nous ai décrit comme quelqu’un de très élégant, chic, avec des cheveux très blonds coiffés par l’arrière, et je dois dire que cette description m’a beaucoup fait penser à Simon Baker dans la série Mentalist. D’autant que Pendergast sort des répliques assez hilarantes.

 

Mais ce fameux inspecteur n’est pas le seul personnage ayant de l’importance  dans cette histoire, il y a :

-          Margo, jeune femme tiraillé par son devoir envers sa famille et son devoir envers sa thèse

-          Smithback, journaliste coureur de jupons et de scoop

-          Dr Frock, chercheur très controversé proche de la retraite

Et beaucoup d’autres que je ne pourrais pas tous citer !

 

Le livre est découpé en 3 parties :

Muséum d’histoire naturelle

C’est la partie où l’on découvre le décor, les personnages et le début de l’intrigue. Des cadavres mutilés sévèrement sont retrouvés dans le fameux musée de New-York, de quoi défrayer la chronique.

L’exposition Superstitions

C’est la partie la plus longue à mon goût. Il y a des passages assez long et répétitifs. Malgré tout, j’ai beaucoup apprécié les explications scientifiques car étudiant la biologie, j’ai retrouvé certaine des méthodes qu’on m’enseigne ! Mais attention, le livre est justement bien écrit, car les données scientifiques, bien que très justes, restent vraiment accessibles car tout est bien expliqué.

« Celui qui marche à quatre pattes »

Il s’agit vraiment de la partie que j’ai le plus apprécié, d’ailleurs je l’ai dévoré ! Nous sommes enfin face à face avec la bête du musée, des visiteurs enfermés dans le musée, une description apocalyptique du musée, une chasse à la bête… bref tout y est pour nous tenir en haleine jusqu’à la fin !

 

Juste un bémol : le dernier chapitre. Je n’ai pas du tout aimé cette « explication » et je pense que le livre aurait pu finir au chapitre précédant.

 

En conclusion : une lecture très agréable, bien qu’il y a des passages plus longs que d’autres. Une intrigue bien menée, bien ficelée. Des personnages différents les uns des autres mais attachants. Et une dernière partie à couper le souffle !

J’ai hâte de me plonger dans les prochaines aventures de Pendergast !

Le meurtre de Roger Ackroyd, Agatha Christie

Présentation de l’éditeur :

Cela fait tout juste un an que le mari de Mrs Ferrars est mort. D’une gastrite aigüe. Enfin, c’est ce qu’il semble. Après tout, les symptômes de l’empoisonnement par l’arsenic sont presque les mêmes… Hier, Mrs Ferrars est morte à son tour. Une trop forte dose de véronal. Suicide ? Allons donc ! Elle était encore jeune et très riche… Et puis, aujourd’hui, Mr Ackroyd a été assassiné. Cette fois, le doute n’est pas permis. Mais pourquoi ? Bien sûr, Mrs Ferrars et Mr Ackroyd paraissaient fort bien s’entendre. Surtout depuis la mort du mari. Mais de là à dire… Non, ce n’est pas possible… En tout cas, ce n’est pas si simple…

Mon avis :

Quel plaisir que de lire les romans d’Agatha Christie. Une lecture agréable et reposante, idéale pour ce changer les idées.

Nous voici plongé dans un petit village de la campagne anglaise victorienne, où un meurtre vient perturber l’équilibre de cette communauté paisible.

L’histoire nous est contée par le Docteur Sheppard, ami du malheureux Roger Ackroyd.  Il sera l’allié de notre célèbre détective Hercule Poirot pour résoudre cette affaire, détective qui était normalement en retraite pour cultiver des courges dans ce petit village !

J’ai d’ailleurs beaucoup aimé le personnage de Caroline, la sœur du Dr Sheppard. Une vieille fille qui ne résiste pas à répandre des commérages et d’apprendre aussi tous les potins du village. Les flatteries de Poirot ne feront qu’encourager sa curiosité !

Beaucoup de personnages, aussi différents les uns que les autres, seront suspects dans cette enquête : famille de la victime, domestiques, secrétaires, amis… mai squi a bien pu tuer ce cher Roger ? Tous les indices convergent vers son fils adoptif, qui disparait après le meurtre. Mais est-ce vraiment le coupable comme le pense la police locale ? Les petites cellules grises de notre Hercule Poirot ne l’entendent pas de cet avis, et dès lors commence une enquête qui nous laisse de plus en plus perplexe. Où veut en venir Poirot ? Pourquoi tant de cachoteries de sa part, tant de phrases laissées en suspend ?

Il est difficile de vous en dire plus, sans en dévoiler l’intrigue, d’ailleurs, l’intrigue est dévoilée vraiment à la fin du livre et nous laisse sans voix. Car je dois l’avouer, je n’ai refermé ce livre hier soir qu’à 2h du matin afin de découvrir le fin mot de cette histoire. Et malgré les yeux rougis, j’ai reposé ce livre avec une grande satisfaction, un sourire aux lèvres en me disant, mais « quelle reine du crime cette Agatha ! »

 

Premier livre lu dans le cadre

Premier livre lu dans le cadre

La rivière rouge, John Hart

 

Présentation de l’éditeur :

En exil à New York pendant cinq longues années, Adam Chase a essayé de panser ses plaies et de pardonner à sa famille qui le soupçonnait d’être coupable dans une sombre histoire de meurtre. Mais lorsque son meilleur ami l’appelle à l’aide, il n’hésite pas à revenir chez lui, en Caroline du Nord, dans ses terres rouges. Quelques heures à peine après son retour, il est agressé, battu, et quand un cadavre est découvert, la petite ville se retourne contre lui. Rien n’a changé pour Adam : il est à nouveau le premier suspect.

Mon avis :

C’est le premier livre que je lis de cet auteur et je pense que ça ne sera pas le dernier.
Meurtres, mensonges, secrets de familles, richesse… tout cela est rassemblé dans ce thriller qui fait penser à ces fameuses sagas américaines.

Adam Chase est quelqu’un de meurtri : sa famille l’a rejeté le croyant coupable de meurtre, et tout semble recommençait quand il revient sur sa terre natale. Il réapprend à connaitre ses proches : famille ou amis, qu’il a laissés pendant cinq années, et bien des choses ont changé.
Cependant, les démons du passés ne le laisse pas tranquille et pour la ville, il reste toujours le meurtrier, bien qu’il fût acquitté.

L’auteur nous plonge en Caroline du Nord, où se côtoient riches familles et pauvres paysans. Où le poids du passé et les traditions ont leur importance. Où les décisions de chacun ont des répercussions sur l’ensemble de la communauté.

Les personnages ne sont en aucun cas simples. L’auteur a brodé autour de chacun pleins de mystère et de complexité. Cependant malgré tout, je n’ai pas réussi à m’identifier à un personnage, ce qui le plus souvent, me bloque au niveau de l’histoire. Mais pas ici. L’auteur sait nous plonger dans cette Caroline du Nord et on a du mal à y ressortir.

Tout au long de l’histoire, on pense enfin comprendre les choses jusqu’à ce qu’une révélation fasse son entrée et abolit toutes les hypothèses qu’on a pu faire. John Hart sait jouer avec nos suppositions ce qui fait que son livre est un vrai thriller.

Je remercie beaucoup et les éditions Le livre de Poche pour m’avoir fait découvrir cet auteur et son univers.