Tag-Archive for » livres illustrés «

Mowgli, Kipling/Brax/Rovere

Mowgli

Présentation de l’éditeur

Les fourrés se mirent à trembler …

Père Loup se préparait à bondir…

“Un homme ! Un petit d’homme ! Regarde ! « 

Juste en face de lui, accroché à une branche basse, se tenait un bébé tout nu qui pouvait à peine marcher. Il regarda le museau de Père Loup et se mit à rire…

Ainsi commencent les aventures de Mowgli, petit d’homme élevé parmi les loups et les animaux de la jungle. Maxime Rovere nous propose ici une nouvelle adaptation qui, proche du texte original de Rudyard Kipling, nous plonge dans l’histoire intégrale de Mowgli mais aussi de Baloo, Bagheera et les autres.Un grand classique à redécouvrir, sublimé parles illustrations poétiques et lumineuses de Justine Brax.

Mon avis

Que dire ce cet album … je pense que la couverture parle d’elle même.

Une magnifique adaptation des Livres de la jungle de Rudyard Kipling par Maxime Rovere, illustrée par Justine Brax.

Je suis honteuse, mais je dois vous avouer que je n’ai jamais lu Rudyard Kipling :( Toujours est-il que j’espère vite y remédier afin de faire la comparaison entre les deux. D’autant plus que dans son avant-propos, Max Rovere nous explique que les livres de la jungle tels qu’on les connait n’existent pas, qu’il s’agit de diverses fables morales où certaines concernent Mowgli sans ordre chronologique. Maxime Rovere a donc rassemblé l’ensemble des textes de façon chronologique et en essayant au maximum de ne pas modifier le texte, afin de nous livrer la vie et les aventures de ce petit d’homme.

Nous voila donc embarqué pour suivre les aventures de Mowgli à travers la jungle et parmi les hommes, où il fera son apprentissage de la vie, fera des connaissances diverses, se comportera de façon héroïque mais aussi fera des bêtises. J’ai vraiment voyagé en suivant le parcours de Mowgli et j’ai particulièrement aimé que chaque histoire/chapitre, se termine par une morale.

Cependant, je dois vous dire que ce qu’il m’a le plus plu dans cet album (en plus de l’histoire), ce sont les illustrations magnifiques de Justine Brax,qui alimentent chaque page de se merveilleux album. Je suis tombée sous le charme (comme Christophe Maé <3) des dessins sublimes de l’illustratrice, tantôt hauts en couleur et en textures et tantôt plus sombres et plus intenses.

En conclusion, ma note

5coupdecoeur_thumb.jpg

Un coup de cœur que pour ce magnifique album qu’on lit s’en s’arrêter et que l’on feuillete par la suite pour regarder encore et encore les illustrations. Et surtout un coup de cœur pour Justine Brax et la découverte de son univers.

Petits plus

N’hésitez surtout pas à découvrir les merveilleuses illustrations de Justine Brax ici.

Livre lu dans le cadre de

 Challenges je lis aussi des albums

Je t’aime tellement que… , Anne Herbauts

Je t'aime tellement que

 

Présentation de l’éditeur

Dans ce livre singulier, la couleur s’invite progressivement, comme si l’auteur devait apprivoiser un trop plein d’émotions. Au fil des pages, l’ouvrage explose d’images et de mots d’amour. Un livre léger et dense, aérien et profond. Entre l’incantation et la comptine, l’opéra et la chanson, une oeuvre où le grandiose côtoie l’imperceptible.

 

L’auteur

GUIDE HERBAUTS PDF

Anne Herbauts est une auteure et illustratrice belge. Elle a fait ses études supérieurs à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles en Illustration & Bande dessinée. Elle a depuis signé plus d’une trentaine d’albums pour enfants (et grands) et des bandes dessinées. (source : Casterman).

 

Le livre

Editions Casterman – Paru le 23/01/2013

64 pages

 

Mon avis

En ce jour de fête des amoureux, voici un joli album sur l’amour pour les plus petits comme les plus grands.

Un album plein de poésie, fait de courtes phrases pour essayer de décrire ce qu’est l’amour et surtout comment nous sommes face à l’amour : “je t’aime tellement que j’ai les chaussures qui vont toutes seules”.

Un album haut en couleur, mais je n’ai malheureusement pas aimé le dessin (mais ce n’est qu’un avis purement subjectif). Cependant, cela n’enlève en rien le charme de cet album que je recommande vivement.

 

En conclusion, ma note

4Un album poétique sur l’amour pour décrire ce sentiment aux petits et grands!

L’herbier des fées, Benjamin Lacombe et Sébastien Perez

L'herbier des fées

Présentation de l’éditeur

L’Herbier des Fées est le carnet intime d’un éminent botaniste russe. Détaché du cabinet des sciences occultes de Raspoutine, ses recherches le mènent en 1914 en forêt de Brocéliande, célèbre pour ses plantes médicinales et ses légendes. Ce qu’il découvre dans ces bois va bouleverser sa vie à jamais.
Sur ce thème fantastique qui mêle merveilles botaniques et personnages imaginaires, les auteurs vous entraînent dans un univers exceptionnel.
Peintures à l’huile, dessins à la plume, planches aquarellées, fac-similés de daguerréotypes s’épanouissent, par un jeu de calques et de découpes au laser en un livre d’une grande exigence.
Le livre numérique, quant à lui, propose une immersion totale dans ce monde et cette histoire fabuleuse, à l’aide de programmes interactifs, d’animations et de courts métrages à la qualité exceptionnelle spécialement créés pour l’occasion par Benjamin Lacombe en collaboration avec le célèbre studio d’animation français PrimaLinea et donnant corps, mouvements et son à cet univers féérique.

Mon avis

J’aime beaucoup l’univers de Benjamin Lacombe, je parcours régulièrement son blog ainsi que son site internet et finalement je me suis rendue compte que je n’avais pas encore lu une de ses œuvres!!!!
Voilà cela est rectifié grâce à mon dernier achat sur Itunes : la version numérique de l’herbier des fées.
Parlons tout d’abord du format : numérique. Je dois dire qu’il est vraiment très intéressant de découvrir des livres illustrés en numérique, surtout celui-ci. Car ce n’est pas juste un ebook, c’est un livre interactif. 3 jolies mélodies tournant en boucle nous accompagne durant cette lecture, et le choix est très approprié. Le livre étant assez mystérieux et fantastique, ces mélodies rajoutent une note de féérie. Ensuite, à chaque page, il suffit de toucher des éléments pour voir des notes apparaitre, des légendes, ou tout simplement un autre dessin! Pour finir, le livre contient aussi des petites séquences vidéos très réussies.
Concernant l’histoire j’ai été surprise. Car voyez-vous, en lisant le titre, je pensais juste avoir un livre illustré sur les plantes et autres créatures, nous donnant des explications sur celles-ci. Et bien non, ce n’est pas que ça! Car à travers ces éléments, nous suivons le botanique qui fait justement ces découvertes et nous suivons en même temps que lui l’avancée de ses recherches grâce à son journal intime, mais également grâce aux lettres échangées avec son entourage.
Pour finir, le dessin! Bon et bien là pas de surprise, comme je le savais bien avant d’avoir ouvert le livre, j’ai été conquise par les illustrations! Benjamin Lacombe a un style particulier bien à lui qui fait que l’on reconnait tout de suite ses dessins. Et ce livre regorge d’illustrations plus belles les unes que les autres. J’ai apprécié à la fin du livre d’avoir accès au storyboard concernant les vidéos.
arums oeilletereine2

En conclusion ma note

5 coup de coeur
Et oui encore un coup de cœur en ce début d’année 2013! Des dessins magnifiques, une histoire mystérieuse à découvrir et une grande interactivité grâce à la version numérique!

Petits plus

[youtube=http://youtu.be/nkEsZZfwwMY]
Si vous voulez en savoir plus, allez vite sur le site officiel du livre!
Et puis si le numérique n’est pas trop votre truc, n’hésitez surtout pas à vous procurer la version papier de ce très bel livre illustré.

Si vous avez aimé les illustrations, découvrez vite l’univers de l’auteur à travers son blog ainsi que son site internet.

Inventaire après rupture, Daniel Handler

Présentation de l’éditeur

« Je t’explique pourquoi nous avons rompu, Ed. La vérité, c’est que je t’aimais trop. »

« Dans un instant, tu entendras un ‘paf’ « . Ainsi commence la lettre de Min. Le « paf », c’est le bruit du carton qu’elle laisse devant la porte d’Ed. Dans ce carton plusieurs objets, et la lettre de Min.

Une lettre qui raconte pourquoi elle l’a quitté. Une lettre qui commente chacun de ces objets, et évoque tous les petits et grands moments de leur histoire d’amour.
Comment Min, cinéphile passionnée, et Ed, capitaine de l’équipe de basket, se sont séduits, à une soirée, contre toute attente.
Comment ils se sont lancés dans le projet improbable d’organiser une fête pour une ancienne star de cinéma. Comment ils se sont aimés.
Et comment un jour, la vérité a éclaté, menant Mina à son implacable décision…

Un texte unique, superbement illustré, qui raconte avec justesse, humour et sensibilité l’histoire d’un premier amour à la résonance universelle.

L’auteur

Daniel Handler est un écrivain américain pour adultes et enfants. Il est connu pour sa série jeunesse  Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire, sous le pseudonyme de Lemony Snicket.

L’illustrateur

Maira Kalman a écrit et illustré treize livres pour la jeunesse dont Ooh-la-la Max est amoureux.

Le livre

Editions Nathan – Paru le 23/08/2012

Broché – 368 pages

Un livre illustré d’une grande beauté !

Mon avis

Un livre que j’ai lu d’une traitre et avec beaucoup de plaisir !

Tout d’abord le point fort pour moi de ce livre ce sont toutes les illustrations. Quel plaisir de lire un livre pour jeunes adultes illustré ! Bien qu’il n’y ait pas de chapitres à proprement parlé, on peut dire que chaque illustration ouvre le récit sur un prochain chapitre. En effet, l’histoire nous ait raconté par Min ou du moins, nous lisons la lettre de rupture que Min adresse à Ed. Lettre qui est accompagnée d’un carton contenant pleins d’objets aussi insolites les uns que les autres au premier regard, pour nous lecteur, mais qui par la suite, avec les explications de Min, vont prendre tout leur sens.

J’ai beaucoup aimé Min, cette jeune fille décalée, passionnée de cinéma d’auteur et des vieux films, qui souhaite devenir réalisatrice. Min qui va tomber amoureuse d’Ed, basketteur et star du lycée.

Alors oui, bien sûr que c’est cliché : ces grandes histoires d’amour improbables où la star du lycée va tomber amoureux de la petite gamine différente. Mais voilà, c’est toute mon adolescence où je regardais les films américains à l’eau de rose, et bien ça a encore marché pour moi avec ce livre !

A travers les différents objets, Min va raconter son histoire, leur histoire, avec des mots justes, des mots d’une jeune adolescente qui découvre son premier amour et avec tout ce qui va avec : découverte, passion, trahison, cœur brisé… J’ai beaucoup apprécié les comparaisons avec le cinéma, car passionnée comme elle est, Min va tout comparer à des films. De plus, j’ai beaucoup aimé toutes les fois où elle interpelle Ed dans sa lettre, comme si elle était en face de lui et lui crachait tout à la figure.

En conclusion ma note

Ce livre est un coup de cœur, tout simplement car il raconte avec justesse ce que l’on connait tous : la première histoire d’amour, avec des personnages attachants et de belles illustrations. On livre qu’on ne lâche pas jusqu’à l’avoir fini!

Quelques citations

P27 : « Et tu sais quoi, Ed, le problème avec les désirs du cœur, c’est que le cœur ne sait même pas ce qu’il désire, jusqu’à ce que l’occasion se présente. »

P77 : «  Un petit billet, qui écrit des billets de ce genre ? Qui étais-tu pour m’en écrire un pareil ? Il explosait en moi comme un obus, explosion permanente, continue, renouvelée, joie ivre des mots tracés par toi, charriée dans tout mon être. »

Petits plus

Je remercie les éditions Nathan pour cette belle découverte.

Découvrez le trailer :

[youtube=http://youtu.be/U7Wnc6aKAMs]

N’hésitez pas à regarder cette vidéo où Daniel Handler part à la découverte des cœurs brisés.

[youtube=http://youtu.be/wfTWVTEZ5bw]

 

L’invention de Hugo Cabret, Brian Selznick

Présentation de l’éditeur 

Hugo Cabret est un orphelin. Son oncle l’héberge dans les combles de la gare dont il est chargé de régler les horloges. Or, le garçon a une obsession : achever de réparer l’automate sur lequel son père travaillait avant de mourir dans l’incendie du musée où il était employé. Hugo est persuadé que cet automate a un important message à  lui délivrer…

Un fillette amoureuse des livres, un vieux marchand de jouets, hargneux, une clé volée, un dessin mystérieux, un précieux carnet de croquis forment les rouages de cette fascinante énigme.

Brian Selznick, à fois conteur, dessinateur et concepteur de livres, mêle l’illustration, le roman en image et le cinéma pour créer une forme de récit inédite et offrir au lecteur une expérience unique.

 

L’auteur

Brian Selznick est un auteur américain pour enfants et un illustrateur. Il a reçu un prix prestigieux pour  L’invention de Hugo Cabret : la médaille Caldecott en 2007 qui décerne le meilleur livre illustré pour enfant de l’année. Un nouveau livre est en cours et qui j’espère sera bientôt traduit en français !

Pour plus d’information sur l’œuvre de l’auteur : le site du livre : http://www.theinventionofhugocabret.com/index.htm

 

Le livre

Editions Bayard jeunesse (que je remercie fortement) – 533 pages

L’objet en lui-même est magnifique, illustré à la perfection, une mise en page sublime, un objet magique.

 

Mon avis

Dès que j’ai eu le livre entre les mains, j’ai tout de suite eu envie de le lire, malheureusement j’avais déjà commencé un autre livre. J’ai donc du attendre et plus je regardais le livre, plus il m’attirait et plus je savais que ça allait être un coup de cœur. J’ai eu peu de coup de cœur pour des livres mais je peux dire que celui-ci, c’est le meilleur de mes coups de cœur !

Dès les premières pages, on est plongé dans ce magnifique roman illustré où on nous explique comment lire ce livre pour en profiter pleinement !

« Ne tournez pas la page trop vite ! Imaginez d’abord que vous êtes assis dans le noir, comme au cinéma avant le début d’un film. »

L’auteur arrive à merveille à concilier le livre et le cinéma, sans pour autant de s’aider de vidéo à voir sur internet, comme beaucoup de livres le font maintenant. Au contraire, à l’aide de ses dessins, nous avons l’impression de suivre une adaptation cinématographique des événements décrits dans l’histoire. Et juste un mot pour décrire les illustrations : sublimes. J’adore le dessin et l’auteur excelle dans cet art, où avec de simples dessins, se dégagent toutes les expressions des personnages et toute la puissance de l’histoire.

Je ne vais pas vous parler de l’histoire, la quatrième de couverture en dit assez et j’ai peur de trop vous en dire. En tout cas, l’auteur sait merveilleusement bien dessiner et sait aussi merveilleusement bien écrire. Deux arts magnifiques et difficiles, que l’auteur exploite à merveille. Beaucoup de personnages attachants à découvrir et hauts en couleur comme Hugo, Papi Georges et Isabelle.

Pour finir, ce livre nous fait découvrir les débuts du cinéma muet, celui de Georges Méliès, un univers magique que nous découvrons à travers des photos.

 

Pour finir, ma note

Un véritable coup de cœur, un livre illustré pour les enfants, mais aussi pour les plus grands, qu’il faut avoir lu au moins une fois dans sa vie. Un petit bijou qui se lit vite, trop vite, mais qui permettra de le relire très souvent pour redécouvrir cet univers magique.

 

Quelques citations

P145 : « A l’opposé du café, près de la salle d’attente principale, il y a deux tables de bois couvertes de livres et, entre elles, une porte avec l’inscription : R.LABISSE, LIVRES NEUFS ET D’OCCASION […] La boutique est imprégnée d’une odeur de vieux papier, de poussière et de cannelle qui lui rappelle l’école, ravivant des souvenirs heureux de son ancienne vie. »

P193 : «  Hugo la regarde farfouiller dans la serrure avec l’épingle, jusqu’à ce qu’un clic libère le battant.

-          Où as-tu appris cela ? s’étonne Hugo.

-          Dans les livres. »

 

P378 : «  Je m’imagine que le monde est une machine géante. Tu sais, dans les machines, il n’y a pas de pièces en trop. Elles ont exactement le nombre et le type de pièces  qui leur sont nécessaires. Alors, je me dis que, si l’univers entier est une machine, il y a bien une raison pour que je sois là. Et toi aussi tu as une raison d’exister. »

 

P510 : « Le temps peut vous jouer des tours de toutes sortes. En un clin d’œil, des bébés apparaissent dans des landaus, des cercueils disparaissent dans la terre, des guerres sont gagnées et perdues, et, tels des papillons, les enfants se métamorphosent en adultes. »

 

Petits plus

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=DTh1HjLLkKg]

La bande annonce de l’adaptation qui sortira le 14 décembre en 3D et réalisé par Martin Scorese qui a également produit une adaptation fidèle d’un livre ; Shutter Island de Dennis Lehane, j’espère que celle-ci sera à la hauteur.

 

Livre lu dans le cadre 1/24

Premier livre lu pour ce challenge et un coup de cœur, j’espère avoir encore de belles surprises !