Tag-Archive for » littérature française «

Si tu meurs, elle reviendra, Maud Tabachnik

Si-tu-meurs-elle-reviendra

Présentation de l’éditeur

Francis O’Mara a tout perdu.

Sa fille adorée, la chair de sa chair, sa fierté, sa raison d’être, lui a été brutalement enlevée. Francis se fait alors le serment de retrouver le meurtrier pour venger sa fille.

Dans le fond de la nuit, au milieu d’un océan glacial, déchaîné, les vents de l’Enfer entendent sa promesse…

 

L’auteur

Maud Tabachnik

Maud Tabachnik est une auteure française dont sa spécialité est le thriller politique. Avant de se lancer dans l’écriture elle a été kinésithérapeute. Elle se passionne pour le cinéma, la poésie et et la lecture. (source :  éditions Flammarion).

Son premier roman, La vie à fleur de terre, paru en 1991.

 

Le livre

Editions Flammarion – Collection Emotions – Paru le 08/01/2014

Format broché – 188 pages

 

Mon avis

Dans la petite ville de Froggie en Ecosse, Francis et Maureen O’Mara s’apprêtent à célébrer l’anniversaire et l’obtention de diplôme de leur fille unique et adulée Patricia. Malheureusement, le jour de son arrivée, celle-ci est fauchée par un chauffard et meurt. Après le coup de la nouvelle et la tristesse qui s’installe, Francis désire coûte que coûte retrouver l’assassin de sa fille et par tous les moyens.

Petit livre de moins de 200 pages, il n’en ai pas moins très riche. La région de l’Ecosse nous est très bien décrite; que ce soit les paysages mais aussi les habitants et les richesses de cette terre notamment le pétrole. Une vie et des paysages rudes sont donc le fond de ce roman dont le thème prédominant de la vengeance nous est décrit à travers un père en deuil qui se sent impuissant après le décès de sa fille.

Un seul indice pour retrouver sa fille : une trace de pneu qui selon les experts appartiendrai à une grosse et belle voiture. Il n’en faut pas plus à Francis pour sillonner la contrée afin de retrouver le magnat du pétrole qui aurait tué sa fille. Il va se heurter à ce monde et ses richesses où les gens compatissent mais s’empressent de retourner à leurs golfs et cocktails.

Entêté, il va aller jusqu’au bout de son but et je dois dire que je ne m’attendais pas du tout à une telle fin !

Un roman sombre destiné aux adolescents de plus de 13 ans.

En conclusion, ma note

4Un roman sombre sur le thème de la vengeance avec la rudesse des habitants et des paysages en trame de fond.

Petits plus

La collection Emotions comprend pour le moment 4 autres livres avec pour thèmes :

  • Rage
  • Passion
  • Colère
  • Amour

9782081286580 9782081243927

9782081243910 9782081243903

Mowgli, Kipling/Brax/Rovere

Mowgli

Présentation de l’éditeur

Les fourrés se mirent à trembler …

Père Loup se préparait à bondir…

“Un homme ! Un petit d’homme ! Regarde ! « 

Juste en face de lui, accroché à une branche basse, se tenait un bébé tout nu qui pouvait à peine marcher. Il regarda le museau de Père Loup et se mit à rire…

Ainsi commencent les aventures de Mowgli, petit d’homme élevé parmi les loups et les animaux de la jungle. Maxime Rovere nous propose ici une nouvelle adaptation qui, proche du texte original de Rudyard Kipling, nous plonge dans l’histoire intégrale de Mowgli mais aussi de Baloo, Bagheera et les autres.Un grand classique à redécouvrir, sublimé parles illustrations poétiques et lumineuses de Justine Brax.

Mon avis

Que dire ce cet album … je pense que la couverture parle d’elle même.

Une magnifique adaptation des Livres de la jungle de Rudyard Kipling par Maxime Rovere, illustrée par Justine Brax.

Je suis honteuse, mais je dois vous avouer que je n’ai jamais lu Rudyard Kipling :( Toujours est-il que j’espère vite y remédier afin de faire la comparaison entre les deux. D’autant plus que dans son avant-propos, Max Rovere nous explique que les livres de la jungle tels qu’on les connait n’existent pas, qu’il s’agit de diverses fables morales où certaines concernent Mowgli sans ordre chronologique. Maxime Rovere a donc rassemblé l’ensemble des textes de façon chronologique et en essayant au maximum de ne pas modifier le texte, afin de nous livrer la vie et les aventures de ce petit d’homme.

Nous voila donc embarqué pour suivre les aventures de Mowgli à travers la jungle et parmi les hommes, où il fera son apprentissage de la vie, fera des connaissances diverses, se comportera de façon héroïque mais aussi fera des bêtises. J’ai vraiment voyagé en suivant le parcours de Mowgli et j’ai particulièrement aimé que chaque histoire/chapitre, se termine par une morale.

Cependant, je dois vous dire que ce qu’il m’a le plus plu dans cet album (en plus de l’histoire), ce sont les illustrations magnifiques de Justine Brax,qui alimentent chaque page de se merveilleux album. Je suis tombée sous le charme (comme Christophe Maé <3) des dessins sublimes de l’illustratrice, tantôt hauts en couleur et en textures et tantôt plus sombres et plus intenses.

En conclusion, ma note

5coupdecoeur_thumb.jpg

Un coup de cœur que pour ce magnifique album qu’on lit s’en s’arrêter et que l’on feuillete par la suite pour regarder encore et encore les illustrations. Et surtout un coup de cœur pour Justine Brax et la découverte de son univers.

Petits plus

N’hésitez surtout pas à découvrir les merveilleuses illustrations de Justine Brax ici.

Livre lu dans le cadre de

 Challenges je lis aussi des albums

Penelope Green, T1 : la chanson des enfants perdus, Béatrice Bottet

 

Penelope Green

Présentation de l’éditeur

NOM : Green
PRÉNOM : Pénélope
SITUATION FAMILIALE : orpheline, unique héritière du journaliste James Alec Green
AMBITION (SCANDALEUSE) : devenir journaliste
SIGNES PARTICULIERS : une envie d’étrangler son prétendant, cette endive de Wilfrid, et un goût prononcé pour l’aventure et le danger

Pénélope Green décide de reprendre une mystérieuse enquête de son père : le dossier FOXGLOVE COURT. Quel terrible secret va-t-elle découvrir, dans les bas-fonds de Londres ?

L’auteur

Béatrice Bottet

Béatrice Bottet est une auteure française de romans pour la jeunesse. Elle a été professeur de lettres et d’histoire.

Le livre

Editions Casterman – Paru le 22/05/13
Format poche – 352 pages

La version broché est parue le 21/09/11

 

Mon avis

Voici un moment que je souhaite lire un livre de Béatrice Bottet, ayant lu tellement d’avis élogieux sur les livres de cette auteure.

Dès les premières lignes,  j’ai été captivé par l’écriture de l’auteure : fluide, très descriptive mais aussi pleine de vocabulaire riche de l’époque. En effet, l’histoire se déroule en 1880 à Londres, et le travail de recherche de l’auteure sur cette époque est à la hauteur de mes espérances. C’est assez rare de trouver un roman jeunesse aussi riche que celui-ci.

Nous faisons la connaissance d’une héroïne attachante et courageuse, à fort caractère. Malgré son âge, elle a tout d’une jeune femme depuis la mort de son père. Loin de vouloir faire déshonneur à celui-ci, elle refuse de se plier aux convenances et d’épouser le fils de sa voisine, au grand désarrois de Mrs Black sa cuisinière. A la place de cela, elle souhaite comme son père, devenir journaliste et enquêtrice pour un magazine. Pour cela, elle décide qu’il faut leur fournir un bel article… et quoi de mieux pour cela que de déterrer une ancienne enquête non résolue de son défunt père.

S’ensuit alors l’enquête de Penny, semée d’embuches et de différentes rencontres, notamment avec ce cher Cyprien Bonaventure, un marin français faisant le tour du monde. Leur rencontre fut très comique et j’ai beaucoup aimé les réparties de ces deux-là. Cependant, il sera d’une aide précieuse et va aider Penny dans son enquête. Un beau roman d’aventures, un peu sombre par moment, où nous découvrons Londres de l’époque, des beaux quartiers aux bas fonds, avec en trame de fond, des propos historiques.

 

En conclusion, ma note

5 coup de coeur

Un joli coup de cœur que se soit pour l’auteure, pour l’héroïne mais aussi pour l’intrigue. Un livre très bien écrit, plein d’aventure pour la jeunesse.  Il me tarde de dévorer les autres tomes de cette série, surtout qu’ils peuvent se lire indépendamment les uns des autres et que chaque tome se déroule dans un continent différend.

Sweet sixteen, Annelise Heurtier

Sweet sixteen

Présentation de l’éditeur

Rentrée 1957. Le plus prestigieux lycée de l’Arkansas ouvre pour la première fois ses portes à des étudiants noirs. Ils sont neuf à tenter l’aventure. Ils sont deux mille cinq cents, prêts à tout pour les en empêcher.

 

L’auteur

Annelise Heurtier

Annelise Heurtier est une auteure française de livres pour la jeunesse. Elle vit actuellement  Tahiti.

N’hésitez par à visiter son blog : http://histoiresdelison.blogspot.fr/

 

Le livre

Editions Casterman – Paru le 03/04/2013

Format broché – 224 pages

Mon avis

Voici un roman sur un sujet douloureux de l’histoire mais qu’il ne faut absolument pas oublier et qu’il faut transmettre aux plus jeunes. Ce livre est basé sur des faits réels, sur des personnes qui ont existé et dont l’auteure s’est inspirée afin de transmettre cette partie de l’histoire aux adolescents. J’ai d’ailleurs apprécié le fait qu’avant que son roman ne commence, l’auteure explique ces événements et qu’elle cite ces adolescents qui ont pris part à faire évoluer les choses. De plus, à la fin du roman, un note est également ajoutée afin de nous sensibiliser à ceux que sont devenues ces personnes.

Le récit s’alterne entre deux points de vue : celui de Molly et celui de Grace : une adolescente Noire et une adolescente Blanche, dans cette Amérique des années 50 où la ségrégation raciale est omniprésente. Molly se porte volontaire afin de pouvoir faire ses études dans un lycée de Blancs. Elle ne sait pas trop pourquoi elle a fait ça à l’époque et 3 ans plus tard le verdict tombe : lors de la prochaine rentrée scolaire, elle et 8 autres adolescents Noirs pourrons étudier dans un lycée de Blancs.

L’auteure a fait un grand travail de recherche pour ce livre. Et malgré qu’il s’agisse d’un livre pour la jeunesse, celui-ci n’épargne en rien le lecteur sur les atrocités qu’ont subit ces 9 lycéens : violence verbale et physique, humiliation, lynchage … Le courage de ces jeunes gens ainsi que leurs peurs et leurs doutes sont retranscrits avec brio à travers le récit de Molly. De plus, le point de vue de la “partie adverse” si l’on peut appelé ça comme ça est également rapporté avec le point de vue de Grace : notamment l’insouciance, l’incompréhension mais aussi la révolte.

Cependant, il ne faut pas oublier que ces événements sont arrivés à des adolescents et qui dit adolescents dit : amour, garçons, regard des autres … bref tout ce qui préoccupe les adolescentes d’hier et d’aujourd’hui. L’auteure a su développer également ces éléments communs à toutes les adolescentes. Un mélange très subtil entre la réalité quotidienne et les événements qui se sont déroulés cette année là.

En conclusion, ma note

5 coup de coeur

Un coup de cœur pour ce livre poignant, qui permet à nos adolescents d’aujourd’hui de découvrir un triste passé qu’il ne faut surtout pas oublier.

Petits plus

Je vous invite à lire le blog de l’auteure sur ce sujet pour en savoir plus : http://histoiresdelison.blogspot.fr/2013/04/sweet-sixteen.html

La vie, Régis de Sa Moreira

La vie

Présentation de l’éditeur

Des personnages se succèdent et se croisent, auxquels on s’attache le temps de quelques lignes, d’une pensée, d’un fragment d’histoire, par une fenêtre ou un rideau, un souvenir, un quai de métro, un souffle, tout ce qui tisse le fil du hasard.
L’étudiante, le jardinier, la star, l’astronaute, l’enfant, le boulanger, le prof d’histoire, et même des morts ou le Pape… ont pourtant un point commun : cette vie continue, qui coule, circule d’âme en âme, et nous relie.
Pris de vivacité et de fraîcheur, on entre surpris, promené comme à la marelle par un texte profond et tendrement drôle. Vite on en savoure chaque paragraphe, on le relit, on reconnaît les personnages, on se demande où cela va nous mener.
Peu à peu, on devient l’autre, tous les autres, le texte déborde nos vies. On se surprend à regarder autour de soi, à observer son voisin.
La vie est un miraculeux hommage à la communion muette des âmes, à notre humanité.

 

L’auteur

RgisdesaMoreira_thumb.gif

Régis de Sá Moreira est né en 1973. Après Pas de temps à perdre (lauréat du Prix Le Livre Élu en 2002), Zéro tués, Le Libraire et Mari et femme, La vie est son cinquième roman.  (source : Au Diable Vauvert).

 

Le livre

Editions Au Diable Vauvert – Paru le 22/08/12

Format broché – 119 pages

Une couverture toute simple où chaque lettre est connectée à une autre comme dans un arbre, ce qui reflète exactement le texte de ce livre.

 

Mon avis

J’ai lu ce livre entre deux grandes périodes de lecture de littérature jeunesse, fantasy, dystopie et jeunes adultes car j’avais besoin d’un livre qui me ramène à la réalité. D’autant plus qu’un livre qui prône la vie en peu de pages, cela était bien parti! Malheureusement, le livre n’a pas eu l’effet  escompté pour moi!

Dès la première page, j’ai été conquise par l’originalité de l’écriture où l’on passe des pensées d’un personnage à un autre avec comme fil conducteur un simple mot en fin de paragraphe. Cela nous donne accès aux pensées des gens à cet instant T comme tout à chacun dans la vie. Puis nous passons à un autre : chaque paragraphe concerne une personne différente : homme, femme, enfant, étudiant, bébé, suicidaire, personne décédée… bref tout un panel de personnages.

Malgré tout, passé cette originalité, le livre m’a ennuyé! En effet, finalement aucune histoire ne se détache de ce roman, aucun personnage auquel on pourrait se rattacher, cela m’a manqué. Alors oui, c’est sûr qu’il s’agit d’un livre sur la vie en générale, vie assez banale comme dans la plupart des cas. Cependant, je m’attendais à une fin où tout serait lié par quelque chose mais non, le livre se termine comme il a commencé, simplement sur la vie.

En conclusion, ma note

2,5
Malgré l’originalité du style et de la plume de l’auteur, je n’ai pas accroché à ce livre par le manque d’histoire et par le manque d’attachement aux personnages puisque ceux-ci n’apparaissent que pour quelques lignes.

Quelques citations

p66 : “L’être humain veut toujours être là où il n’est pas. La réalité n’a aucune chance contre l’imagination, elle perd à tous les coups la pauvre, sa seule consolation c’est d’être réelle. Je rêve d’Angelina Jolie et je me réveille avec une nouille dont je ne sais même pas le nom, elle a beau être réelle, je préfère quand je rêve. Est-ce que je rêverai d’une nouille si je dormais avec Angelina Jolie ?…”

p76 : “Je me suis demandée ce qu’il me voulait cet ostrogoth, jusqu’à ce que je réalise que je le regardais aussi. Nos yeux savent des choses que nos esprits nous cachent.”

Petits plus

N’hésitez pas à aller découvrir un avis plus positif que le mien, puisque Mya Rosa a adoré ce roman!