Tag-Archive for » humour «

Thomas Drimm, tome1 : la fin du monde tombe un jeudi, Didier Van Cauwelaert

Présentation de l’éditeur:

« J’ai 13 ans moins le quart et je suis le seul à pouvoir sauver le monde.

Si je veux. »

Dans une société sous contrôle total où le jeu règne en maître, un ado se retrouve détenteur d’un secret terrifiant, qui déchaîne contre lui les forces du Mal… et celles du Bien. Tiraillé entre la femme de ses rêves et un vieux savant parano réincarné dans un ours en peluche, Thomas va découvrir, de pièges en rebondissements, l’exaltant et périlleux destin d’un super-héros à mi-temps. Course contre la montre et voyage initiatique, cette aventure de Thomas Drimm, au suspense haletant et à l’humour féroce, a tout pour passionner les lecteurs de douze à cent douze ans.

Mon avis:

Je me suis tout de suite plongée dans l’univers de cet ado pas comme les autres.

Thomas Drimm est un ado de bientôt 13 ans, en sur-poids, ayant de mauvaises notes à l’école,  une mère égoïste et un père alcoolique.

Il vit dans une société où tout est contrôlé grâce à des puces insérés dans notre cerveau à l’âge de 13 ans. Il n’existe plus qu’un seul pays : Les Etats-Uniques, où le hasard et les jeux règnes en maîtres. Tout n’est que propagande et totalitarisme.

Malgré sa volonté, il  va se retrouver à devoir sauver le monde. En effet,le gouvernement à bien caché de dire la vérité sur le bouclier protégeant le pays. Il va donc être aidé par un savant, Léo Pictone réincarné dans son ours en peluche et créateur du bouclier, de sa voisine de 28 ans, Brenda, qu’il aime et espionne en secret. Ce fameux trio est  vraiment à l’opposé des uns  et des autres : un savant octogénaire un peu grincheux, un ado mal dans sa peau et une femme radié de l’ordre des médecins qui maintenant, exerce un métier peu conventionnel.

Ce récit est vraiment basé sur l’humour, Thomas est vraiment très ironique et les dialogues entre lui et Pictone sont loin d’être plats! Malgré le fond d’humour, ce livre traite aussi deéquestions importantes comme le totalitarisme, et jusqu’où la folie de vouloir tout contrôler nous amène-t-elle?

J’aime beaucoup le personnage de Thomas, qui ne manque pas de réparti, cet anti-héros qui va être confronté à des choix terribles. De même que pour son père, Robert Drimm, devenu alcoolique à cause de ce gouvernement car il a tout de suite compris qu’ils sont manipulés. D’ailleurs,il n’hésite pas à expliquer à son fils, comment étaient la vie avant : les guerres, les religions, les pays….

Enfin, Léo Pictone est un personnage incroyable, qui à travers son corps d’ours en peluche, va guider Thomas tout au long de son périple.

Je voulais mettre quelques passages que j’avais beaucoup aimé, mais malheureusement, j’ai déjà rendu le livre!

Je remercie Melo pour m’avoir fait découvrir ce livre.

Je recommande fortement la lecture de ce livre aux plus jeunes comme aux plus grand. Si vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas à aller sur le site officiel: http://www.thomas-drimm.com/ . Vivement la suite!

 

Livre lu dans le cadre du Summer PAL challenge : 3/33.

Plaisirs coupables, Laurell K. Hamilton

Présentation de l’éditeur:

Mon nom est Blake, Anita Blake. Les vampires, eux, m’appellent  » l’Exécutrice  » et par égard pour les oreilles les plus chastes, je ne vous dirai pas comment, moi, je les appelle. Ma spécialité, au départ, c’était plutôt les zombies. Je relève les morts à la nuit tombée pour une petite PME. Ce n’est pas toujours très exaltant et mon patron m’exploite honteusement, mais quand on a un vrai don, ce serait idiot de ne pas s’en servir. Tuer des vampires, c’est autre chose, une vieille passion liée à des souvenirs d’enfance. Depuis qu’ils sont officiellement reconnus et ont pignon sur rue, ils se croient tout permis. Certes, il y en a de charmants, voire très sexy, mais il y en a aussi qui abusent. Ceux-là je les élimine. Rien de tel pour garder la forme : ça vous fouette le sang !

Mon avis:

J’ai ce livre depuis 1 an dans ma PAL et je ne comprends pas pourquoi je ne l’ai pas lu plus tôt. Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir lu et entendu des avis positifs dessus. Peut être aussi la peur de devoir rattraper tous ces tomes en retard des aventures d’Anita Blake.

Alors l’histoire ce passe dans un univers où humains et créatures ( vampires, loup-garou, rat-garou, zombies, goules) cohabitent ensemble. Beaucoup de querelles apparaissent dans la population quand aux droits des vampires.

Anita est un réanimatrice : elle réanime les morts. On fait appel à ses services surtout lors de problèmes dans le testament, afin de demander l’avis au défunt. C’est son métier, mais non officiellement, elle est aussi l’Exécutrice de vampires.

Elle déteste les vampires et ne veux absolument ne rien avoir à faire avec eux. Cependant, une série de meurtre particulière apparaît : il y a un tueur de vampires qui courent dans les rues. Malgré elle, Anita se voit contrainte d’enquêter sur ces mystérieux meurtres….

J’aime beaucoup le personnage d’Anita Blake. Malgré ses sa force au combat et son courage, elle est comme tout le monde : elle a une grande peur des vampires. Elle a aussi un sens de la répartie hors du commun ce qui donne à ce livre une bonne touche d’humour. Pour finir, comme tout le monde elle a aussi ses faiblesses, qui je dois dire font bien rire, je cite :

 » La dernière chose que je saisis avant de m’allonger fut un pingouin en peluche baptisé Sigmund. J ne dors pas avec lui souvent: seulement après que quelqu’un a tenté de me tuer. Chacun ses faiblesses. Il y a des gens qui fument. Moi, je collectionne les pingouins en peluche.Si on ne me dénonce pas, je ne dénoncera personne non plus.« 

Edward est un personnage assez dur à cerner. Derrière ses airs de gros balèze, il a quand même du coeur et est prêt à aider Anita. Malgré tout, ils ont une relation assez spéciale, ils sont amis sans l’être dans le sens où ils sont là pour s’entraider mais peuvent aussi être réellement à s’entre-tuer.

L’histoire est vraiment prenante, certains personnages secondaires ont assez attachant comme Phillip et Ronnie.

L’écriture est très fluide et sans longueurs. Les chapitres sont très courts et très prenants.

Bref, je recommande vivement à tous ceux qui comme moi hésitent encore à s’embarquer dans les aventures d’Anita, et j’ai hâte de lire le second tome.

L’échappée belle, Anna Gavalda

Présentation de l’éditeur:

Simon, Garance et Lola, trois frères et soeurs devenus grands (vieux ?), s’enfuient d’un mariage de famille qui s’annonce particulièrement éprouvant pour aller rejoindre Vincent, le petit dernier, devenu guide saisonnier d’un château pendu au fin fond de la campagne tourangelle. Oubliant pour quelques heures marmaille, conjoint, divorce, soucis et mondanités, ils vont s’offrir une dernière vraie belle journée d’enfance volée à leur vie d’adultes. Légère, tendre, drôle, L’Echappée belle, cinquième livre d’Anna Gavalda aux éditions Le Dilettante, est un hommage aux fratries heureuses, aux belles-soeurs pénibles, à Dario Moreno, aux petits vins de Loire et à la boulangerie Pidoune.


Mon avis :

Ce livre est à lire quand on un petit coup de blues, le cafard, une petite déprime. Il est plein de choses à la fois : drôle, émouvant, léger.

J’aurai cependant aimé qu’il soit un peu plus long, qu’on puisse en savoir un peu plus sur les personnages. Mais cela peut aussi permettre de le relire quand on en a envie. J’aime beaucoup le personnage de Garance avec sa répartie et aussi  Carine, la femme de Simon qui avec tout ses commentaires, fait pensé à beaucoup de personnes de la vrai vie.

Bref un petit livre très sympathique que je recommande fortemment!