Tag-Archive for » fantasy «

La nuit du Solstice, L.J.Smith (intégrale)

Présentation de l’éditeur

La maison sur la colline est un lieu étrange. Irrésistiblement attirée par le mystère qui s’en dégage, Claudia implore sa grande sœur, Alys, ainsi que ses amis, les jumeaux Charles et Janie, de l’y accompagner. Là-bas, grâce à une formule obscure qui leur permet de traverser les miroirs, ils sont transportés dans un autre univers, le Féerie, où la magie règne. Un monde où la sorcière Morgana, gardienne des portes, a disparu.

Or le solstice d’hiver approche, seul moment d’ouverture du dernier passage.

Et maintenant que les portes ne sont plus gardées, le terrible mage noir Cadal prévoit de l’utiliser pour envahir et asservir les humains. Pour l’en empêcher, Claudia, Alys, Charles et Janie vont devoir libérer Morgana, retenue prisonnière par un sombre enchantement. Mais comment retrouver la sorcière protectrice dans ce monde aussi étranger qu’imprévisible?

Trouver le passage ou se perdre à jamais…

L’auteur

Auteure de sagas fantastiques young adults :

  •   Night World : 10 tomes actuellement, dont 8 sortis en France.
  •   Le journal d’un vampire : 7 tomes.
  •   Le cercle secret : 3 tomes
  •   Un jeu interdit : 3 tomes (la trilogie est réunie sous forme d’un livre unique aux éditions Michel Lafon). Mon avis ici.
  •   Prémonitions : 3 tomes (la trilogie est réunie sous forme d’un livre unique aux éditions Michel Lafon).

Le livre

Editions Michel Lafon.

Deux tome en 1 : Solstice d’hiver et Un cœur indompté – 489 pages – Broché

Un couverture magnifique, je me suis laissée prendre par cette sublime couverture, mais malheureusement, le contenu n’est pas à la hauteur de celle-ci.

Mon avis

Voilà le quatrième livre de L.J.Smith. Le premier avec l’auteur fut le premier tome du journal d’un vampire, que j’ai tout simplement pas fini tellement je n’ai pas aimé (d’ailleurs j’ai du le lire il y a 3 ans et pour tout vous dire je ne m’en souvient même plus). Je me suis laissée prendre avec Un jeu interdit et le premier tome de Nightworld, qui se lisent assez bien malgré quelques éléments qui m’ont rebuté (personnages pour le premier, manque d’intrigue pour le second). Alors au vu de cette couverture, je n’ai pas hésiter longtemps avant d’entamer ce livre.

Le point positif c’est que les éditions Michel Lafon font souvent des intégrales et donc nous voici avec les deux tomes réunis dans un seul livre. Comme vous avez pu vous en douter plus haut, je n’ai pas accroché à cette lecture, quoique je peux modérer ce propos pour le second tome.

Parlons d’abord du premier tome : j’ai mis très longtemps à le finir, tellement je ne suis pas rentrée une seule minute dans l’histoire. Le début m’a semblé trop familier avec Narnia : quatre frères et sœurs qui vont découvrir un nouveau monde dont la plus petite sera la plus sensible à la magie de ce nouveau monde. Bref un peu déjà vu. Ensuite ce que je reproche c’est que je pensais découvrir vraiment un univers avec Féerie mais malheureusement, l’auteur ne s’attarde pas en description de ce monde.Tout s’enchaine vite sans vraiment d’explications. Les personnages sont peu développés également. Bref un premier tome pas du tout abouti à mon goût.

Pour le second tome, c’est exactement la même chose. A cela près qu’il traite un peu de Merlin et des Chevaliers de la table ronde. Et je dois dire que là, enfin, on a des détails ! J’ai beaucoup aimé ces passages et je pense que c’est pour cela que j’ai lu ce second tome plus vite : pour pouvoir les retrouver et avoir la suite!

Pour finir il faut savoir que cette saga est l’une des toutes premières, et je crois bien la première de l’auteure ce qui peut modérer mon avis!

En conclusion, ma note

Une déception tant par les personnages que par le déroulement de l’intrigue et le manque de descriptions.

Petits plus

Je remercie les éditions Michel Lafon pour ce partenariat.

Si vous voulez d’autres avis, c’est par ici:

Livre lu dans le cadre:

9/24

Sentiment 26, Gemma Malley

Présentation de l’éditeur

Tous les sentiments ont été bannis de la Cité, la haine comme l’amour. Ses habitants ont subi une lobotomie afin de garantir la paix. Étiquetés de A, Admirable, à D, Déviant, ils vivent dans une harmonie artificielle.

Pourtant Evie, 16 ans, aime Raffy en secret depuis toujours. Et lorsque le Système ordonne de l’expulser sur les terres des Maudits, elle décide de fuir avec lui. Mais au-delà des murs de la Cité se dresse le plus grand mystère qui soit. Quand on sort du Système, nul ne sait ce qu’il advient de vous…

 

Un changement d’étiquette n’est ni triste ni gai, c’est juste un fait, un fait que l’on provoque soi-même.

Livre des Sentiments 1:26

L’auteur

Gemma Malley est une écrivain anglaise qui est connue pour sa trilogie pour ados et jeunes adultes La déclaration, paru en en 2007. Pour en savoir plus sur l’auteure et ses projets, laissez-vous guider par son site.

Le livre

Éditions Michel Lafon.

Format broché publié le 12 avril 2012, 360 pages.

Je regrette la couverture originale, celle-ci accentuant mon sentiment vis-à-vis du livre.

Mon avis

Je remercie Camille des éditions Michel Lafon qui m’a permis d’enfin connaître cette auteure dont je n’entends que du bien depuis longtemps.

Le livre avait tout pour me plaire : la dystopie est très à l’honneur en ce moment et c’est un genre que j’apprécie beaucoup, le bannissement de tous les sentiments, un amour secret… et oui bien que ce sont des thèmes assez récurent dans la littérature du moment, je ne m’en lasse pas ! Mais voilà, je ressors assez mitigée de cette lecture, un sentiment de malaise durant la première partie de l’histoire m’a gênée pour vraiment apprécier cette partie.

Durant la première partie, l’auteure nous expose de façon très précise et très réaliste l’univers dans lequel Evie, notre héroïne, vit depuis qu’elle est née.  Une Cité dirigée par un guide suprême suite à des événements passés appelés « Les horreurs » et qui pour y vivre, chaque habitant doit subir le Nouveau Baptême (une opération consistant à enlever une partie du cerveau, l’amygdale, qui serait responsable des sentiments des personnes, sentiments qui sont soient bons, soient mauvais). Ces habitants sont ensuite étiquetés afin de garantir la sérénité de la Cité et doivent participer chaque semaine au grand rassemblement. Evie, une B, se sent être une mauvaise personne à cause de ses rêves étranges qu’elle fait. En effet, plus personne n’est censé rêver. Bien que le récit soit écrit à la troisième personne du singulier, on ressent les tourments d’Evie sur son identité. Elle est persuadée d’être quelqu’un de mauvais, d’autant plus de sa relation secrète avec Raffy, un D.

Voilà toute la première partie est accès sur les questions d’Evie, sa relation avec Raffy et sur le fonctionnement de la cité. J’ai vraiment apprécier que l’univers soit si bien décrit, mais c’est ce qui, je pense, a approfondi mon sentiment de malaise, de gène. Car tout au long de cette partie, j’ai vraiment trouvée la société très sectaire et c’est ce qui m’a posé  un problème.  Et maintenant, quand je regarde la couverture, je ressens encore cette gène en voyant cette jeune fille vêtue d’une tunique blanche immaculée. Pour finir sur cette partie, j’ai eu beaucoup de mal à lire le passage sur le rassemblement, où la population est comme en transe face au guide suprême. Voilà c’est assez dur de trouver les mots pour vraiment expliquer ce que j’ai ressenti durant cette partie, mais je pense que c’est ce qu’à voulu l’auteure, nous plonger au cœur de cette société absurde.

Passons maintenant à la seconde partie, celle que j’ai vraiment appréciée, où l’action est prédominante. J’ai trouvé cette partie beaucoup plus rythmée que la première, on ressent vraiment une cassure dans le récit où, après avoir posé les bases de l’intrigue, tout s’enchaine très/trop vite. On apprend énormément de choses sur le passé de chacun ainsi que sur la cité. Des personnages secondaires font leur apparition et j’aurai aimé en apprendre d’avantage sur eux. Mais il s’agit d’un premier tome, j’espère donc que la suite apportera mes espérances !

En conclusion ma note

Malgré le malaise de la première partie, j’ai vraiment apprécié cette lecture qui nous fait prendre conscience encore une fois, de ce que pourrai être la folie humaine si on laissait faire les choses.

Petits plus

Le trailer du livre pour vous laisser convaincre malgré mon avis mitigé !
[youtube http://www.youtube.com/watch?v=6CnAkMoT010]
Livre lu dans le cadre du challenge

6/24.

L’héritage des Darcer, tome 1, Marie Caillet

Présentation de l’éditeur

Lorsqu’on s’appelle Mydria, qu’on est la fille unique et chérie des puissants Siartt et qu’on a pour objectif principal d’accéder à un pouvoir plus grand encore en épousant le prince héritier du royaume, la vie ne peut pas être ennuyeuse. Jusqu’au jour où Mydria découvre ses vraies origines. Elle n’est nullement Siartt, mais l’ultime héritière d’une dynastie renversée depuis des générations ! Horreur : à la suite de ses ancêtres, elle est tenue de se lancer à la recherche du trésor familial, recevant pour seules aides un sifflet et le Don d’Aile, cet étrange pouvoir capable de vous métamorphoser à volonté…
Le pire danger ne l’attend peut-être pas derrière l’errance, la bataille et les cloques aux pieds. Le pire danger pour un cœur confiant ne tient peut-être qu’en un seul nom : Orest.

L’auteur


Très jeune auteure, puisque ce premier tome fut écrit à l’âge de 18 ans lorsqu’elle remporta le concours du nouvel auteur jeunesse.
Le second tome de cette trilogie, Allégeance, est paru le 01/12/2011.
Pour le dernier tome, il faudra attendre encore un peu puisqu’il est en court d’écriture, d’ailleurs, pour suivre l’auteur, n’hésitez pas à vous rendre sur son blog : http://mariecaillet.20minutes-blogs.fr/

Le livre

Editions Michel Lafon.
Format broché paru le 14/10/2010 – 370 pages.
Une couverture magnifique, le vert n’est pas vraiment l’une de mes couleurs favorites, mais je dois dire que pour cette couverture, c’est tout à fait ce qu’il convenait, avec ce papillon multicolore.
Et j’ai eu le droit à une jolie dédicace de l’auteure avec un joli papillon qui m’a accompagné durant ma lecture :)

Mon avis

Un petit jour au salon du livre jeunesse de Montreuil est me voilà aussitôt ressortie avec divers livres, donc celui-ci ! Livre qui n’est pas resté bien longtemps dans ma PAL !
J’adore les histoires qui se passent dans les temps moyenâgeux avec des héros qui doivent réaliser une quête, avec un parcours semé d’embuches, bref de la vraie fantasy ! Et ce n’est pas parce que ce livre est orienté jeunesse qu’il ne déroge à la règle, bien au contraire.
J’ai tout aimé dans ce roman : les personnages, l’intrigue, les descriptions… Tout est incroyablement bien écrit. Je suis vraiment bluffée par la plume de cette très jeune auteure et je tire mon chapeau à Marie Caillet. Aucune longueur, aucune description afin d’augmenter le nombre de pages, mais uniquement pour nous faire découvrir l’univers d’Edrillon où évolue les personnages.
Les personnages sont tous attachants bien que très différents les uns des autres. L’auteure a su nous donner une magnifique palette de personnages hauts en couleur et en personnalité. Je dois dire qu’au début, j’ai détesté My, notre héroïne, cette petite « princesse » snob qui ne prétend au trône uniquement par un mariage. Malheureusement pour elle et heureusement pour nous, cela ne va pas se passer comme elle le désir et elle va devoir quitter son petit nid douillet pour se retrouver dans une quête avec les pires brigands d’une guilde.
J’ai beaucoup ri à certains passages, le livre ne manque pas d’humour notamment lors des confrontations entre Orest et My. Et c’est justement ce qu’il m’a plu dans ce roman. On n’est pas du tout dans l’éternelle histoire d’amour entre deux jeunes que tout oppose, bien au contraire ! La relation de ces deux là est loin d’être aussi simple.
Je ne vais pas en dévoiler plus sur ce livre et le périple de My, beaucoup de choses à découvrir, et à apprécier sans hésiter !

En conclusion, ma note


Un livre à lire absolument, une jeune auteure à découvrir et à suivre de très près.

Quelques citations :

J’ai adoré ce passage où Orest essaye d’apprendre à My de combattre :

P224 « Une demi-seconde plus tard, Orest attaquait. Terrorisée, My vit sa large lame se ruer dans sa direction, et eut une réaction tout à fait stupide : au lieu de lever sa rapière pour se défendre, elle ne pensa qu’à la laisser choir pour s’enfuir à toutes jambes, poursuivie par son professeur. […] S’il vous plaît, réveillez le peu de combativité qui stagne en vous !  l’invectiva Orest, sans ironie, mais sans bienveillance non plus. Je vous apprends à vous battre, pas à courir ! »
P306 : « Ses pieds volaient au secours de My de leur propre initiative. Lui-même, en son âme et conscience, ne savait plus bien où il était. Il avait simplement peur. Si My… si cette petite idiote était… A non ! Il l’avait traînée d’un bout à l‘autre d’Edrillon. Elle n’allait pas lui claquer dans les doigts maintenant !
-    My ! beugla-t-il. Répondez, ventredieu !
Rien. Pour une fois, elle se taisait. C’était bien le moment…

Petits plus

Comme dit plus haut, n’hésitez pas à suivre l’actualité de l’auteur à travers son blog, où elle partage également les avis de ses lectures !
Ce livre a été lu avec ma partenaire mais avant tout amie Mélo pour une lecture commune, n’hésitez pas à aller lire son avis !
Livre lu dans le cadre du challenge

4/24

Sortilège, Alex Flinn

Présentation de l’éditeur 

Je suis un monstre. Pourtant, autrefois, j’étais le type parfait : grand, beau, riche et… atrocement méchant. Je n’aimais que moi et c’est pour cela qu’un sort m’a été jeté. Je suis devenu une bête difforme, velue, monstrueuse. Il me reste deux ans pour être aimé d’une jeune tille, sinon…

 Ceci n’est pas un conte de fées. Mon histoire prend place aujourd’hui, en plein coeur de New York. J’espère que quelqu’un va venir à mon secours.

L’amour saura-t-il me trouver… et me sauver ?

 

L’auteur 

Alors si comme moi vous pensiez qu’Alex Flinn était un homme, et bien vous vous êtes trompé !!! Elle est une auteure américaine et a déjà écrit 8 livres pour la littérature Young Adult, dont pour le moment, seul Sortilège a été traduit en France. N’hésitez pas à visiter son site, pour découvrir les autres romans en VO de l’auteur. http://www.alexflinn.com/

 

Le livre 

Editions Hachette – Collection Black Moon – 332 pages – Publié en 2009

Titre VO (anglais) : Beastly – Publié en 2007

Une jolie couverture qui m’a tout de suite séduite, la rose, fidèle emblème du conte de La Belle et la Bête.

 

Mon avis

J’ai lu ce livre cet été, grâce à l’adaptation cinématographique qui sortait sur grand écran. Je dis grâce car cela faisait un petit moment qu’il trainait dans ma PAL et je pense que sans cette adaptation, il y serait encore !

Voilà donc une réadaptation du célèbre conte La belle et la bête, réadaptation  à l’ère de notre époque et qui je pense, séduira les ados.

J’ai bien aimé l’entrée du livre : une conversation au sein d’un forum, où différents personnages de contes de fées apparaissent, sous la tutelle d’un  M. Anderson. Forum que l’on retrouve à chaque fin de parties du livre, livre qui compte cinq parties.

Ce qui m’a tout de suite plu dans ce livre, c’est que le personnage principal, qui est le narrateur, est un homme, enfin un jeune homme. Cela change de tout ce qu’on peut lire en Young Adult et qui se rapporte à des jeunes filles.

Kyle est quelqu’un d’insupportable : arrogant, méchant, cruel… c’est un vrai monstre à l’intérieur, et pour le punir, Anna, une sorcière, le transforme en ce qu’il est vraiment : un monstre. Il aura alors deux années et pas une de plus, pour rompre le charme : être aimé pour ce qu’il est vraiment par une jeune fille. Voilà donc les bases de ce livre.

J’ai vraiment détesté Kyle au début, mais tout au long du livre, il change, montre finalement sa vraie nature. Il a une relation (si on peut appeler cela relation) assez délicate avec son père : ce dernier, est un homme aussi exécrable que Kyle, qui ne s’intéresse pas du tout à son fils. Il ne pense qu’à sa personne et sa carrière, et l’on comprend très vite pourquoi Kyle est ainsi.

Totalement rejeté par son père après sa transformation, il va pouvoir s’appuyer sur deux personnages secondaires que j’ai beaucoup aimés : Magda et Will. Par la suite, Lindy, va attirer l’attention de Kyle par son intelligence et sa bonté. Lindy qui comme Kyle, n’a pas été gâté par sa famille.

J’ai beaucoup aimé la reprise de la symbolique de la rose dans le récit, ainsi que la très grande place des livres et de la littérature.

Mais voilà, le bémol avec ce livre, c’est que finalement, il s’oublie vite. Deux mois après la lecture, il ne m’en reste plus qu’un vague souvenir, je ne peux donc pas plus développer mon avis.

 

En conclusion, ma note

Une adaptation correcte du célèbre conte, qui plaira surtout aux adolescentes, mais qui ne restera finalement pas dans les mémoires.

Quelques citations

P21 : « - Les gens ferait mieux de se servir de leur intelligence pour améliorer leur apparence. Le premier venu est censé être en mesure de perdre du poids ou de se payer une chirurgie plastique. Le premier venu est censé être en mesure ne serait-ce que d’utiliser un exfoliant ou de se faire blanchir les dents. 

J’avais insisté sur le premier venu afin qu’elle pige que je parlais d’elle, pas de n’importe qui. »

P71 : « Ce souvenir était ancien. Je savais  à présent que mon géniteur n’était ni parfait ni divin. Il m’était arrivé de lui succéder aux toilettes, sa merde aussi puait. »

 

Adaptation cinématographique

Une adaptation qui m’a souvent fait grincer des dents ! Tout d’abord, la chose que je n’ai pas du tout compris, c’est l’apparence de Kyle. Dans le livre, c’est la vraie bête, avec la fourrure, les crocs… bref toute la panoplie ! Alors qu’ici, certes, Kyle est complètement défiguré, mais quand même, pourquoi ne pas reprendre la bête ?

Bon d’autres choses m’ont agacé, comme à chaque fois dans toutes les adaptations, mais celle de Kyle a été la plus flagrante.

Par contre, si on fait abstraction du livre, cela reste un film d’adolescent sympathique à regarder, idéal pour se changer les idées et faire le vide.

 

Petit plus 

Ce livre a été lu dans le cadre du

Challenge qui me tiens à cœur puisque je l’organise, mais qui malheureusement, me fait souvent grincer des dents à causes de mauvaises adaptations, et ici, ça ne déroge pas à la règle !

Pour finir, si des personnes ne l’ont pas encore lu, je peux le mettre en livre voyageur, dites-le moi si jamais vous êtes intéressez.

Percy Jackson, tome 1:le voleur de foudre, Rick Riordan

Présentation de l’éditeur:

Etre un demi-dieu, ça peut être mortel… Attaqué par sa prof de maths qui est en fait un monstre mythologique, injustement renvoyé de son collège et poursuivi par un minotaure enragé, Percy Jackson se retrouve en plus accusé d’avoir dérobé l’éclair de Zeus ! Pour rester en vie, s’innocenter et découvrir l’identité du dieu qui l’a engendré, il devra accomplir sa quête au prix de mille dangers.

Mon avis:


Cela fait environ 1 an que j’avais lu ce premier tome de cette saga. Et je dois dire que le cadeau de noël de mon chéri contenant l’intégrale de Percy Jackson m’a donné envie de le relire, et en plus, grâce à lui, j’ai pu enfin commencer mon challenge !

C’est donc avec joie que je me suis replongée dans l’univers des Dieux de l’Olympe et de la mythologie grecque. J’avais vu le film (qui est, je dois dire une vraie arnaque par rapport au livre, mais ça j’en reparlerai après) et je peux remercier « l’adaptation » car elle est tellement différente que j’ai eu l’impression de le lire pour la première fois !

Percy est un garçon de 12 ans qui s’est toujours senti différent des autres. Dyslexique et hyper actif, il va dans des écoles spécialisées depuis son enfance. C’est un antihéros qui va devoir malgré lui accepter la réalité des choses et assouvir une quête accompagné de deux  amis : Annabeth ; demi-dieu comme lui, et Grover; un satyre très attachement qui essaye toujours de bien faire les choses.

Mythologie, action, trahison, amitié sont les mots clés de cette saga.

Les chapitres sont courts ; avec des titres assez rigolos qui expliquent ce qui va se passer, sans trop en dévoiler, juste ce qu’il faut pour qu’on ait envie de lire :  » Je pulvérise ma prof de maths sans le faire exprès ».

C’est un roman jeunesse, l’écriture est donc très simple, mais il y a beaucoup d’humour et de suspens à chaque fin de chapitre qu’on dévore le livre sans s’en rendre compte.

Bref un vrai coup de cœur jeunesse, avec lequel on passe un très bon moment.

Quelques citations :

P78 «  Elle a jeté un coup d’œil à la corne de minotaure entre mes mains, puis elle m’a regardé de nouveau. J’ai cru qu’elle allait s’exclamer « Tu as tué un minotaure ! » ou « la vache, t’es trop fort ! », un commentaire de cette veine. Au lieu de quoi, elle a dit :

-          Tu baves dans ton sommeil. »

P180 « C’est vraiment remarquable, tout ce que les humains sont capables d’inventer pour forcer les choses à rentrer dans leur vision de la réalité. »

P198 «  En fait de chemin, je suis aussitôt rentré dans un arbre et je me suis fait une belle bosse sur le front. A ajouter dans la liste des talents que je n’avais pas : la vision infrarouge. »

P243 «  J’aimerai pouvoir vous dire que j’ai eu une grande révélation pendant ma chute, que j’ai accepté ma mortalité, ri face à mon trépas, etc. La vérité ? Je n’avais qu’une seule pensée en tête : Aaaahhhhhhh ! »

P382 « L’homme lisait un gros bouquin avec un dessin de sorcier en couverture. La fantasy n’était pas un genre dont je raffolais, mais ce livre-là devait être captivant car le vigile a mis un moment à lever la tête. »


Adaptation cinématographique :


[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=Z2UAv81ow40]

Alors autant vous le dire tout de suite, pour moi ce n’est pas une adaptation. En effet, il y a tellement de différence avec le roman, que pour moi, ils se sont juste servi de la trame pour faire leur film ; et encore !

Malgré tout,  si on ne le compare pas au livre, je trouve que c’est un très bon film fantastique de la même lignée qu’Harry Potter, Narnia et la Boussole d’Or : beaucoup de magie, d’action, de beaux paysages et une quête pour nos trois protagonistes principaux.

Bon j’ai tout de même eu du mal de voir Pierce Brosman en centaure ! Tout comme le livre, j’ai beaucoup aimé le personnage de Grover, bien que je ne l’avais pas imaginé comme ça.

Bref un bon film du genre, mais il vaut mieux ne pas le comparer au livre !

 

Livre lu dans le cadre: