Archive for the Category »Littérature jeunesse «

Penelope Green, T1 : la chanson des enfants perdus, Béatrice Bottet

 

Penelope Green

Présentation de l’éditeur

NOM : Green
PRÉNOM : Pénélope
SITUATION FAMILIALE : orpheline, unique héritière du journaliste James Alec Green
AMBITION (SCANDALEUSE) : devenir journaliste
SIGNES PARTICULIERS : une envie d’étrangler son prétendant, cette endive de Wilfrid, et un goût prononcé pour l’aventure et le danger

Pénélope Green décide de reprendre une mystérieuse enquête de son père : le dossier FOXGLOVE COURT. Quel terrible secret va-t-elle découvrir, dans les bas-fonds de Londres ?

L’auteur

Béatrice Bottet

Béatrice Bottet est une auteure française de romans pour la jeunesse. Elle a été professeur de lettres et d’histoire.

Le livre

Editions Casterman – Paru le 22/05/13
Format poche – 352 pages

La version broché est parue le 21/09/11

 

Mon avis

Voici un moment que je souhaite lire un livre de Béatrice Bottet, ayant lu tellement d’avis élogieux sur les livres de cette auteure.

Dès les premières lignes,  j’ai été captivé par l’écriture de l’auteure : fluide, très descriptive mais aussi pleine de vocabulaire riche de l’époque. En effet, l’histoire se déroule en 1880 à Londres, et le travail de recherche de l’auteure sur cette époque est à la hauteur de mes espérances. C’est assez rare de trouver un roman jeunesse aussi riche que celui-ci.

Nous faisons la connaissance d’une héroïne attachante et courageuse, à fort caractère. Malgré son âge, elle a tout d’une jeune femme depuis la mort de son père. Loin de vouloir faire déshonneur à celui-ci, elle refuse de se plier aux convenances et d’épouser le fils de sa voisine, au grand désarrois de Mrs Black sa cuisinière. A la place de cela, elle souhaite comme son père, devenir journaliste et enquêtrice pour un magazine. Pour cela, elle décide qu’il faut leur fournir un bel article… et quoi de mieux pour cela que de déterrer une ancienne enquête non résolue de son défunt père.

S’ensuit alors l’enquête de Penny, semée d’embuches et de différentes rencontres, notamment avec ce cher Cyprien Bonaventure, un marin français faisant le tour du monde. Leur rencontre fut très comique et j’ai beaucoup aimé les réparties de ces deux-là. Cependant, il sera d’une aide précieuse et va aider Penny dans son enquête. Un beau roman d’aventures, un peu sombre par moment, où nous découvrons Londres de l’époque, des beaux quartiers aux bas fonds, avec en trame de fond, des propos historiques.

 

En conclusion, ma note

5 coup de coeur

Un joli coup de cœur que se soit pour l’auteure, pour l’héroïne mais aussi pour l’intrigue. Un livre très bien écrit, plein d’aventure pour la jeunesse.  Il me tarde de dévorer les autres tomes de cette série, surtout qu’ils peuvent se lire indépendamment les uns des autres et que chaque tome se déroule dans un continent différend.

Douze minutes avant minuit, Christopher Edge

Douze minutes avant minuit

Présentation de l’éditeur

Londres, 1899 Tous les soirs, douze minutes avant minuit, un phénomène inquiétant frappe un hôpital psychiatrique : les patients se mettent à écrire frénétiquement d étranges messages sur des papiers, des murs, et même leur peau. Penelope Tredwell, propriétaire à treize ans du célèbre magazine Le Frisson illustré, et auteur d’histoires terrifiantes, décide d’enquêter. Bientôt prise au piège dans une véritable toile d’araignée, Penelope regarde d’un oeil angoissé les minutes s’écouler : chacune d’elles la rapproche du vénéneux complot qui se prépare…

L’auteur

Christopher EdgeChristopher Edge est un écrivain anglais. Il  a travaillé comme professeur d’anglais, rédacteur en chef et éditeur.

 

Le livre

Editions Flammarion – Paru le 02/05/2013
Format broché – 254 pages

Mon avis

Penelope Tredwell dit Penny est une jeune fille de 13 ans héritière d’un célèbre magazine d’histoires d’horreur dont elle est l’unique écrivain… enfin où son alter ego Montgomery Flinch en est l’auteur. En effet, dans l’Angleterre de l’époque victorienne, une femme et encore plus, une adolescente, ne peut être écrivain et encore moins propriétaire d’un magazine, elle fait donc appel à un acteur afin de se faire passer pour Montgomery Flinch. Lorsque des choses bizarres à l’hôpital psychiatrique de Londres surviennent, une aide est demandé à celui-ci accompagné de sa nièce Penny ! S’ensuit alors une énigme étrange à résoudre pour notre jeune mais pas moins courageuse héroïne.

Un récit effrayant conduit à la manière  d’un thriller où nous découvrons des personnages forts attachants, notamment Penny avec son sang-froid, son indépendance et sa curiosité. Un premier tome réussi et j’espère que le prochain tome sera pour bientôt.

J’ai beaucoup aimé les nombreux clins d’œil aux auteurs célèbres de l’époque.

En conclusion, ma note

4

On se laisse facilement prendre par l’intrigue, un roman dans une époque victorienne angoissante avec une héroïne particulièrement attachante.

La liste, Siobhan Vivian

la liste

Présentation de l’éditeur

La liste nomme 8 filles chaque année
Les 4 plus belles et les 4 plus laides du lycée
Et si votre nom s’y trouvait ?

Une tradition odieuse sévit au lycée de Mount Washington : tous les ans, une semaine avant le bal de début d’année, une liste est placardée dans les couloirs. Personne ne sait qui établit cette liste. Et personne n’a jamais réussi à empêcher qu’elle soit publiée. Invariablement, chaque année, la plus belle et la plus laide des troisièmes, des secondes, des premières et des terminales sont désignées. 8 filles en tout. 8 filles qui se retrouvent sous les projecteurs impitoyables du lycée. 8 filles qui vont voir leur vie brusquement changer… pour le meilleur ou pour le pire ?

L’auteur

siobhan vivianShiobhan Vivian est américaine née à New-York où elle a fait ses études. Elle possède un diplôme de scénariste ainsi qu’un master d’écriture spécialisé dans la jeunesse. Elle a été éditrice puis scénariste pour Disney Chanel. Elle est actuellement professeur d’écriture jeunesse. Elle a déjà écrit 5 romans pour adolescents dont seul La Liste est pour le moment traduit en France.

Découvrez le site de l’auteure où l’ensemble de ses romans sont présentés.

Le livre

Editions Nathan – Paru le 25/04/13

Format broché – 412 pages

La couverture est la même que celle de la version originale.

Mon avis

J’avais hâte de commencer cette lecture mais je dois dire que dans l’ensemble, le livre m’a assez déçu. Peut-être en attendais-je trop?

Comme la quatrième de couverture l’indique, peu de temps après la rentrée, la traditionnelle liste est placardée dans tous le lycée indiquant la plus belle et la plus laide de chaque niveau scolaire : troisième, seconde, première et terminale. Soit huit filles dont nous allons suivre le quotidien sur une semaine.

Le livre commence par huit chapitres où nous sont présentées chacune de ces jeunes filles et leur réaction face à la découverte de cette fameuse liste.

Passé ces chapitres, le récit s’alterne sur les événements qui surviennent à ces filles. Beaucoup de thèmes liés à l’adolescence sont abordés dans ce livre : popularité, anorexie, alcool, amitié, premier amour, sport, désillusions… Mais voilà, trop survolés à mon goût. La liste nous dévoile le quotidien des lycéens américains avec tous les stéréotypes possibles.

Il ne faut pas s’attendre à quelque chose d’exceptionnel. L’écriture est simple et claire; et malgré des longueurs, j’ai lu le livre assez rapidement pour savoir ce qu’il allait advenir de ces jeunes filles et si l’auteur de cette liste nous serait dévoilé. Et pour tout vous dire, je suis restée sur ma fin, je m’attendais à un final plus piquant que ça!

En conclusion, ma note

3

Malgré une bonne idée de départ, l’auteur survole trop les thèmes abordés (où certains sont assez sérieux) et j’ai trouvé le livre trop caricatural de la jeunesse américaine.

Petits plus

Je remercie les éditions Nathan pour la découverte de ce livre.

Un livre lu dans le cadre d’une lecture commune avec mon amie Mélo (n’hésitez pas à aller voir son avis).

Malgré mon avis un peu négatif, je pense que ce livre plaira aux adolescentes et pour cause : mon adorable petite sœur de 16 ans, dont la lecture est synonyme du mal pour elle, dont le nombre de livres qu’elle a lu se comptent sur les doigts de sa main (et uniquement des livres scolaires), a décidé de le lire et aime beaucoup pour le moment !!!! Comme quoi tout peu changer!

Sweet sixteen, Annelise Heurtier

Sweet sixteen

Présentation de l’éditeur

Rentrée 1957. Le plus prestigieux lycée de l’Arkansas ouvre pour la première fois ses portes à des étudiants noirs. Ils sont neuf à tenter l’aventure. Ils sont deux mille cinq cents, prêts à tout pour les en empêcher.

 

L’auteur

Annelise Heurtier

Annelise Heurtier est une auteure française de livres pour la jeunesse. Elle vit actuellement  Tahiti.

N’hésitez par à visiter son blog : http://histoiresdelison.blogspot.fr/

 

Le livre

Editions Casterman – Paru le 03/04/2013

Format broché – 224 pages

Mon avis

Voici un roman sur un sujet douloureux de l’histoire mais qu’il ne faut absolument pas oublier et qu’il faut transmettre aux plus jeunes. Ce livre est basé sur des faits réels, sur des personnes qui ont existé et dont l’auteure s’est inspirée afin de transmettre cette partie de l’histoire aux adolescents. J’ai d’ailleurs apprécié le fait qu’avant que son roman ne commence, l’auteure explique ces événements et qu’elle cite ces adolescents qui ont pris part à faire évoluer les choses. De plus, à la fin du roman, un note est également ajoutée afin de nous sensibiliser à ceux que sont devenues ces personnes.

Le récit s’alterne entre deux points de vue : celui de Molly et celui de Grace : une adolescente Noire et une adolescente Blanche, dans cette Amérique des années 50 où la ségrégation raciale est omniprésente. Molly se porte volontaire afin de pouvoir faire ses études dans un lycée de Blancs. Elle ne sait pas trop pourquoi elle a fait ça à l’époque et 3 ans plus tard le verdict tombe : lors de la prochaine rentrée scolaire, elle et 8 autres adolescents Noirs pourrons étudier dans un lycée de Blancs.

L’auteure a fait un grand travail de recherche pour ce livre. Et malgré qu’il s’agisse d’un livre pour la jeunesse, celui-ci n’épargne en rien le lecteur sur les atrocités qu’ont subit ces 9 lycéens : violence verbale et physique, humiliation, lynchage … Le courage de ces jeunes gens ainsi que leurs peurs et leurs doutes sont retranscrits avec brio à travers le récit de Molly. De plus, le point de vue de la “partie adverse” si l’on peut appelé ça comme ça est également rapporté avec le point de vue de Grace : notamment l’insouciance, l’incompréhension mais aussi la révolte.

Cependant, il ne faut pas oublier que ces événements sont arrivés à des adolescents et qui dit adolescents dit : amour, garçons, regard des autres … bref tout ce qui préoccupe les adolescentes d’hier et d’aujourd’hui. L’auteure a su développer également ces éléments communs à toutes les adolescentes. Un mélange très subtil entre la réalité quotidienne et les événements qui se sont déroulés cette année là.

En conclusion, ma note

5 coup de coeur

Un coup de cœur pour ce livre poignant, qui permet à nos adolescents d’aujourd’hui de découvrir un triste passé qu’il ne faut surtout pas oublier.

Petits plus

Je vous invite à lire le blog de l’auteure sur ce sujet pour en savoir plus : http://histoiresdelison.blogspot.fr/2013/04/sweet-sixteen.html

Pour toi je décrocherai la lune, Gregory Hugues

Pour toi je décrocherai la lune

Présentation de l’éditeur

A la mort de leur père, Bob, douze ans, et sa sœur Marie-Claire, dix ans, se retrouvent sans famille. Pour échapper à l’orphelinat, ils s’enfuient à New York, où ils espèrent être adoptés par un oncle qu’ils n’ont jamais vu. Les voici bientôt à Manhattan, livrés à eux-mêmes. Commence alors une aventure extraordinaire, pleine de rebondissements et de personnages étonnants, comme seuls les enfants savent en inventer. Car Bob et Marie-Claire possèdent un pouvoir fabuleux : celui de se faire des amis, même au cœur de la nuit !

Un périple incroyable conduit par une fillette qu’on n’est pas près d’oublier.

Drôle, libre, bouleversant d’humanité.

L’auteur

Après une adolescence chaotique (et quelques années en centre de détention), Gregory Hughes, né à Liverpool, a entrepris de voyager à travers le monde. Scaphandrier au Canada, employé d’une compagnie de Ferry à Manhattan, cuisinier en Norvège, il a posé ses valises en Islande pour écrire son premier roman, Pour toi je décrocherai la Lune. (source : Seuil)

Pour toi je décrocherai la lune est son premier roman.

Le livre

Editions Seuil – Paru le 10/01/2013

Format broché – 384 pages

Illustration par Olivier Balez

J’aime beaucoup la couverture, elle est toute simple mais montre l’essentiel : deux enfants sur un immeuble regardant la lune. Dessin qui est simple mais très beau.

Mon avis

Pour toi je décrocherai la lune est un roman particulier sur deux enfants particuliers qui vont vivre une aventure particulière et faire la rencontre de personnes particulières. Pas un coup de cœur, mais presque, je vais essayer au mieux de vous retranscrire mon avis sur ce merveilleux livre. Celui-ci est raconté par Bob quelques années plus tard après ces événements. Ecrit donc à la manière d’un enfant et particulièrement bien écrit car ce n’est pas toujours évident pour un auteur de se mettre à la place d’un enfant, mais Gregory Hugues a réussi ce pari.

Tout commence par notre rencontre de Bob et Marie-Claire à Winnipeg, la capitale de la province du Manitoba au Canada. Nous découvrons leur petite vie en compagnie de leur père et de tous leurs amis et nous commençons à découvrir les deux personnalités assez contraires des deux enfants. Marie-Claire dit “Le Rat” est une petite attachante un peu spéciale, qui vit les choses à fond, possède un don car elle peut ressentir à l’avance ce qu’il va se passer, veut devenir actrice et entretien une relation fusionnelle avec son père. Bob quand à lui est plus terre à terre. Poète à ses heures perdues, c’est un garçon qui n’ose pas montrer ses sentiments au contraire de sa sœur. Il admire et adore son père ainsi que sa petite sœur mais n’arrive pas à les comprendre. Tout va basculer à la mort de leur père, puisque les deux enfants décident de partir à New-York seuls dans l’espoir de retrouver leur oncle pour ne pas être séparés dans des familles d’accueil.

Bien que j’ai apprécié découvrir l’univers des enfants avant leur périple, j’ai trouvé que le livre prenait du temps à commencer, car pour moi, celui-ci commence vraiment avec leur road-trip. Armés de sac-à-dos et de vélos, ils prennent la route pour New-York où ils vont faire la connaissance de personnes aussi hétéroclites les unes des autres : arnaqueur, trafiquant et rappeur. Malfrats en tout genre qui vont se révéler avoir bon cœur et vont les aider dans leur folle quête de leur oncle à travers tout New-York en commençant par Le Bronx!

On a peur pour ses enfants où tout peut leur arriver puisqu’ils sont livrés à eux-même dans la rue. Marie-Claire voit très peu le danger. Elle n’hésite pas à se lier d’amitié avec beaucoup de monde grâce à son don qui la prémunie. Bob lui a vraiment peur mais ne le montre pas car celui-ci doit protéger coûte que coûte sa petite sœur. Cependant, on a parfois l’impression, surtout dans les paroles, que c’est Marie-Claire qui protège son frère grâce à ses paroles réconfortantes.

Alors oui, on peut dire que ce qu’il leur arrive est vraiment de pure fiction, que jamais deux enfants pourraient vivre et s’en sortir selon le contexte de l’histoire, que les gens ne sont pas aussi bons et prêts à aider dans la vraie vie. Mais justement, il s’agit avant tout d’une fiction, d’un conte de fées des temps modernes où la fin nous ramène à la réalité brute de la vraie vie. Une fin qui m’a surprise tant je ne l’ai pas vue venir.

En conclusion, ma note

5

Malgré un début long, une magnifique découverte que ce soit pour les personnages que pour l’histoire ainsi que pour la plume de l’auteur. Je recommande fortement ce livre qui nous interdit de le poser une fois commencé. Les aventures de Marie-Claire et de Bob me hanterons encore pendant un moment.

Quelques citations

P94 : “- Si, je le sais. Tu vois, Bob, quand tu meurs, ton esprit quitte ton corps et il se dirige vers les cieux. Il vole autour des différents systèmes solaires et des galaxies, à plusieurs fois la vitesse de la lumière, visitant des mondes qu’on ne pourrait même pas imaginer. Etre mort, c’est ton billet pour les étoiles, mais il faut mourir pour y arriver. Jusqu’à ce que cela arrive, on ne peut qu’en rêver.

Elle me regarda, ses yeux luisants dans l’obscurité.

- Je sais que tu penses que je suis folle, Bob. Mais je ne te mentirai pas. Pas sur ce sujet.

Elle regarda les étoiles.

- Est-ce que tu peux imaginer Maman retrouvant P’pa après toutes ses années? Je te parie qu’un ange le lui a amené. Et maintenant, elle lui fait faire le tour de la Voie Lactée et il chante pour elle comme Frank Sinatra. Il est heureux, et je suis heureuse pour lui.”

Le Rat disait parfois de vraies âneries, mais là, ce n’en était pas. Je ne croyais pas vraiment à ce qu’elle avait dit. Mais, comme un enfant à qui on lit un conte, je me sentais mieux rien que de l’écouter.”

P114: “La plupart des navires avaient un drapeau canadien qui flottait au-dessus d’eux. J’aime notre drapeau canadien. C’est juste une feuille d’érable, rien de bien excitant en soi. Mais il représente plus qu’un arbre commun à l’ensemble de notre pays. Il représente le fait  d’être ancré à la terre et vrai comme l’arbre lui-même. Et il symbolise la modestie et la compassion, qui sont des traits communs aux Canadiens. Du moins est-ce qu’il signifie pour moi. Je suis sûr que la plupart des gens se soucient de leur pays, mais le Canada est spécial. C’est comme l’Amérique, sans les armées ni l’arrogance.”

P224 : “Vous savez, les enfants, le rap a été décrit comme la poésie des temps modernes. Mais ce n’est de la poésie que quand c’est bien écrit. N(importe quel electro beat va faire que les frangins vont sauter sur la piste de danse. Mais seuls les mots dureront dans les mémoires. Quand j’écris une bonne phrase, je deviens nerveux: c’est comme si je tenais une main de poker gagnante. Et quand j’écris une bonne chanson, je ne peux pas dormir. J’ai montré le meilleur de mon boulot à ma maison de disques. Mais il n’y a que le gangsta rap -  le rap façon gangster – qui les intéresse, et plus y a de gens qui se font butter, mieux c’est. J’ai toujours rêvé de devenir un grand artiste. Ecrire des mots qui émeuvent les gens comme Langston Hughes!

- Accroche-toi bien à tes rêves, car si les rêves meurent, la vie est un oiseau aux ailes brisées qui ne peut pas voler, déclamai-je.”

Petits plus

Je tiens à remercier l’opération masse critique de Babelio et les éditions Seuil de m’avoir permis de lire ce petit bijou.