Archive for the Category »Fantastique/horreur «

Lune mauve, tome 1 : la disparue, Marilou Aznar

Lune Mauve

 

Présentation de l’éditeur

Un seul coup d’oeil m’avait suffi pour constater que j’étais la fille la plus mal fagotée du bahut. Moi, Séléné Savel, à Darcourt, le lycée le plus snob de Paris? Je m’y donnais autant de chances de survie qu’une souris lâchée dans un enclos de chats affamés! J’étais plongée dans mes pensées moroses lorsqu’une élève me bouscula. Là où elle m’avait touchée, la peau me démangeait d’une vibration électrique. Un visage s’insinua dans mon esprit, celui d’un inconnu aux iris aussi verts et froids que ceux d’un serpent, puis il s’effaça aussitôt. Je retiens ma respiration. Ma nouvelle vie était sur le point de commencer.

Son destin est plus grand que le notre.

L’auteur

Marilou AznarMarilou Aznar a travaillé dans le milieu de la musique ainsi que dans le monde du doublage des séries TV.

Lune mauve, son premier livre est une trilogie dont le premier tome : la disparue, est paru le 6 mars 2013. Le tome 2 : l’héritière, paraitra en mai 2013 et le troisième et dernier volet : l’affranchie, sortira en automne 2013.

Le livre

Editions Casterman – Paru le 6 mars 2013.

Format broché – 432 pages.

Alors là, je dois dire un grand bravo à la maison d’édition pour la beauté du livre. On ne le voit pas sur l’image mais la couverture est irisée, avec le titre en relief. La lune en premier plan nous envoute complètement et nous invite à découvrir son secret. La jeune adolescente de la couverture reste en retrait permettant de nous laisser hypnotiser par la lune.

Mon avis

Écrit à la première personne, nous faisons la connaissance de Séléné, perdue au fin fond de la presqu’île de Crozon en Bretagne. Séléné qui jusqu’ici vivait un peu recluse avec son père, va se retrouver propulsée pour sa rentrée de seconde dans l’un des lycées les plus snob de Paris : Darcourt. Elle va tout de suite être prise en grippe par la “star” du lycée et sa clique : Alexia sa cousine. Des éléments étranges vont se produire depuis son arrivée à Paris et des éléments sur la disparition de sa mère il y a plusieurs années vont forcer Alexia a enquêter sur ses origines et notamment sur la soudaine disparition de sa mère.

Séléné est vraiment attachante. J’ai tout de suite adhéré à ce personnage, non pas parce qu’il s’agit de l’héroïne, mais tout simplement parce qu’elle est vraie et authentique. Ce n’est pas l’une de ces miss parfaites que l’on rencontre souvent dans les livres. Séléné est tout simplement l’adolescente dans toute sa splendeur avec ses qualités et des défauts : peu sûre d’elle, elle peut être adorable avec ses amis et l’instant d’après devenir totalement égoïste. Elle va faire beaucoup d’erreurs, notamment avec ses amis mais aussi sa famille, mais elle va apprendre de ses erreurs.

Les autres personnages sont aussi attachants qu’éclectiques et apportent chacun sa propre couleur dans le roman : Nora, Adrien, Alexia, Milou, Thomas, Scarlett, Lazlo… bref tout un panel de personnages que l’on va aimer ou détester et qui vont suivre Séléné tout au long du roman.

La romance est aussi présente dans ce livre avec le mystérieux Lazlo. Mais tout comme le fantastique, celle-ci est très bien dosée sans qu’on se retrouve dans un roman pour midinettes! Le fantastique est quand à lui parsemé à travers les déboires de l’adolescente. Par petites touches, on commence à découvrir un nouvel univers et j’espère que celui-ci aura plus de place dans le second tome.

Lune Mauve est donc avant tout un roman sur l’adolescence et ses difficultés. Tout les thèmes y sont abordés notamment l’amour, trouver sa place dans une mini-société comme le lycée, les réseaux sociaux et leur impact, l’alcool… sans que cela soit un livre dénonciateur.

J’ai aimé l’écriture de l’auteure qui est vraiment très fluide. Tout est vraiment très bien détaillé notamment les paysages et tout ce qui entoure Séléné. Cependant, il y a un seul bémol pour moi dans ce livre c’est que j’ai trouvé que tout ce qui ne concernait pas Séléné, notamment ses amis ou les autres personnages, n’étaient pas assez détaillés. J’ai eu l’impression parfois d’avoir raté un passage lorsqu’une révélation sur des personnages apparaissait. Mais je me demande si justement, cela n’est pas voulu par l’auteure, étant donné que le récit est raconté par Séléné, qui parfois à tendance à ne se préoccuper que d’elle même, elle apprend comme nous certaines choses comme un cheveu sur la soupe puisqu’elle ne s’était pas préoccupée plus que ça de ses amis… bref à méditer!!!!

 

En conclusion, ma note

4,5

Une jolie écriture nous dévoilant une héroïne authentique, saupoudrée de fantastique pour un premier tome très prometteur de cette trilogie.

 

Quelques citations

p59 : “Le temps est une mécanique étrange. Il a le don merveilleux de se suspendre l’instant d’un regard. J’avais la sensation que mon inconnu me scrutait depuis une éternité. Le dernier soleil de l’automne tamisant son or entre les branches, la douceur trompeuse de l’air chargé de l’odeur sucrée des magnolias, tout autour de moi se figea, gravant à jamais dans mon esprit la douloureuse perfection de cet instant.”

p97 : “ Un espoir mêlé de peur fit naître en moi des émotions d’une violence inconnue. La foudre m’avait frappée, bouleversant mon existence de son feu dévastateur. Les eaux paisibles de mon cœur s’étaient soulevées, et coulaient à présent dans mes veines comme un torrent tumultueux.”

p314 : “ J’étais redevenue la petite fille abandonnée d’autrefois. Celle qui avait tant de fois rêvé de cet instant sans imaginer que l’amertume des regrets l’empoisonnerait pour toujours.”

p334 : “ La morsure de la souffrance arriva plus tard, comme une vague refluant après le vide, insoutenable.”

p343 : “ L’atmosphère sauvage de l’île avait fini par mettre à nu ma souffrance. Telle une morte, un zombie, qui s’éveille lentement à la vie, tout me bouleversait. Le silence, l’âpreté du paysage. Le bleu insensé du ciel qui se mêle à l’eau. Le vent parfumé d’essences, piquant de sel.”

 

Petits plus

Marilou Aznar et moiLe 2 mars dernier, j’ai eu la chance de rencontrer l’auteure avec plusieurs autres blogueuses dans un salon de thé parisien grâce aux éditions Casterman. Une rencontre en petit comité nous permettant de poser pleins de questions à l’auteure et d’en savoir un peu plus sur elle. Marilou Aznar est vraiment très sympathique. Je suis très timide et elle a su nous mettre à l’aise étant donné qu’elle même avait un peu peur de cette première rencontre! Je n’ai pas pris de notes à gogo, ni même enregistré cet échange car je voulais en profiter un maximum. Mais voici en résumé ce que cette rencontre m’a appris :

Marilou écrit depuis l’enfance, elle a voulu écrire un livre pour ado car elle même se sent encore un peu ado. Elle aime le fantastique et la science-fiction mais pas la fantasy. Le fantastique dans son livre à petite dose permet de servir l’histoire sans étouffer le côté contemporain. Tous les lieux du roman existent et son des lieux qu’elle a déjà visité durant son enfance. Elle aime beaucoup les civilisation oubliées c’est pour cela qu’il en question dans le livre. Côté écriture, elle écrit toujours dans le désordre et non pas de manière chronologique, et elle a souvent jonglé entre les trois tomes. Elle adore lire et les réseaux sociaux!

Marilou Aznar dédicaceA la fin, une petite séance de dédicace (la première pour l’auteure) pour mon plus grand plaisir :)

Dédicace Marilou Aznar

Un auteure adorable vraiment très proche de ses lecteurs, n’hésitez surtout pas à visiter le blog du livre : http://bloglunemauve.wordpress.com/ ainsi que la page facebook tenue par Marilou Aznar elle même!

Le trailer du livre:

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=TLuwKgGiTeo]

 

Enfin, l’auteure sera présente au salon du livre de Paris le dimanche 24 mars.

Livre lu dans le cadre 81568792_p Catégorie couleur

L’échange, Brenna Yovanoff

 

 

Présentation de l’éditeur

Mackie Doyle donnerait n’importe quoi pour avoir une vie normale, jouer de la basse et passer du temps avec Tate Stewart, cette fille solitaire aux yeux pailletés. Mais la petite ville de Gentry cache de sombres secrets. Il y a 16 ans, Mackie a été échangé contre un nouveau né : il est un « remplaçant ».
Il vient en fait d’un monde terrifiant ù d’obscurs tunnels côtoient des eaux noires et pestilentielles…
Lorsque la soeur de Tate disparaît, Mackie n’a pas le choix : il doit affronter les créatures des entrailles de Gentry si il veut savoir à quel monde il appartient et sauver une vis innocente.

 

L’auteur

Brenna Yovanoff est une écrivaine membre du club de littérature fantastique Merry Sisters of Fate, avec Maggie Stiefvater (Frissons) et Tessa Gratton (Blood Magic).

 

Le livre

Editions Michel Lafon – Paru le 20/09/12

Format broché – 330 pages

J’aime beaucoup la couverture même si elle me met mal à l’aise. Elle est très originale par rapport aux autres couvertures que l’on peut trouver pour les livres destinés à ce type de lecteurs (adolescents, jeunes adultes). Elle décrit parfaitement l’ambiance sombre et l’atmosphère pesante du roman.

 

Mon avis

Le roman a pour narrateur Mackie, un jeune adolescent ce qui est assez peu répandu chez les romans destinés à ce public. Il est décomposé en 3 parties et je trouve que celles-ci sont assez inégales: autant j’ai apprécié la première, autant j’ai trouvé la seconde très répétitive et la dernière trop rapide.

La première partie nous décrit la ville où se déroule l’histoire à travers le regard de Mackie. Mackie est un lycéen un peu à part, enfin c’est plutôt lui qui se sent à part et s’exclut malgré le fait qu’il est quand même entourés d’amis. On comprend tout de suite qu’il est différent et qu’il se passe des choses étranges dans cette petite bourgade à l’apparence tranquille, mais cette partie va nous laisser une part de mystère concernant Mackie et sa ville.

Dans la seconde, on commence à nous dévoiler certaines choses mais toujours sans nous donner d’explications. De plus j’ai du mal avec certains passages, notamment sur l’aveuglement de la population. Je ne peux pas en dire plus sous peine de dévoiler des choses, mais j’ai vraiment trouvé cela incohérent. Enfin, là c’est vraiment subjectif, mais je n’ai vraiment pas compris le rôle de la musique dans le livre et notamment du groupe de rock. Je n’ai pas compris la relation avec la musique.

Dans la dernière partie, tout va trop vite et finalement, on ne nous fourni pas les réponses à nos questions.

J’ai cependant aimé que le thème aborde un thème récurrent de l’adolescence à travers du fantastique, à savoir la recherche de sa place dans la société.

 

En conclusion, ma note

Un univers pesant et sombre que j’ai aimé découvrir dans la première partie, mais la suite du livre est mal exploitée et nous laisse à nos interrogations.

 

Petits plus

Je remercie Camille des éditions Michel Lafon pour cette découverte.

 

Livre lu dans le cadre

 

Viral tome 1, Kathy Reichs

Présentation de l’éditeur

 À 14 ans, Victoria Brennan, nièce de la célèbre anthropologue judiciaire Temperance Brennan, vit avec son scientifique de père sur une île isolée au large de Charleston, sur la côte de Caroline du Sud.
Quand elle n’est pas à Charleston pour suivre les cours du collège huppé qu’elle déteste, Victoria, dite Tory, est livrée à elle-même et à ses passions : la science, la mer, sa bande de trois copains, et surtout… les chiens-loups.
Car près du centre de recherches où travaille son père, une petite meute de chiens-loups vit en liberté depuis toujours. Tory est la seule à pouvoir les approcher. Elle est donc la seule à se rendre compte que le plus jeune de la meute, Cooper, a disparu. C’est en le cherchant qu’elle trouve une plaque d’identification militaire datant de la guerre du Vietnam, près d’un tas d’os. Tory n’est pas la nièce de Temperance Brennan pour rien : elle sait que ces restes sont humains. Et pourtant, à son retour avec la police, il n’y a plus rien…

L’auteur

Anthropologue judiciaire et auteure américaine, Kathy Reichs est connue pour sa célèbre héroïne Temperance Brennan dans le premier de la série est Déjà dead. Pour ma part j’ai le second de la série dans ma PAL : Passage mortel, mais je pense les lire dans l’ordre, il faut donc que je me procure le premier! Le dernier en date (le 13) est Les traces de l’araignée aux éditions Robert Laffont. Viral est son premier roman pour adolescents.

Le livre

Format poche aux éditions Pocket  -publié le 1er décembre 2011 – 480 pages

Format broché Oh! éditions – publié le 10 novembre 2010 – 416 pages

Une couverture qui décrit parfaitement le livre et son univers.

Mon avis

Aimant la série Bones, je voulais vraiment découvrir l’auteure qui a permis a cette série d’exister, c’est donc le premier livre de l’auteure que je lis, et sur que cela ne va pas être le dernier!

On retrouve vraiment tous les ingrédients du thriller: intrigue, enquête, suspens… mais sans être trop dur ou trop gore pour qu’il soit lu par le public concerné: les ados.

Nous suivons donc Tory, une jeune fille de 14 ans, qui suit les traces de son père et de sa célèbre tante. Ecrit à la première personne, nous nous mettons à la place de Tory où nous découvrons ses amis Hiram, Ben et Shelton, son père et sa copine (j’ai bien aimé les altercations avec celle-ci), mais aussi différents lycéens que nous aimons ou détestons.

Par beaucoup de passages, j’ai vraiment eu l’impression d’être dans un film, et je verrai bien ce livre ou du moins l’héroïne adaptée en série, comme sa tante!

J’ai également beaucoup aimé l’alliance du thriller avec un peu de fantastique, très justement dosé, et les émotions que le fantastique va susciter sur Tory et ses amis. D’ailleurs, les personnages sont vraiment très attachants, l’auteure a vraiment su donner une place à chacun des amis de Tory.

Même si le livre est ciblé pour un public jeune, il peut vraiment être lu par les moins jeunes, l’écriture est fluide sans pour autant être trop simpliste comme c’est souvent le cas pour les livres destiné à ce public.

Pour finir, ma note

Des personnages attachants pour un livre qui relie thriller et fantastique.

Petits plus

Le second tome Crise est disponible en format broché.

L’avis de Mya, ma partenaire qui a adoré !

Livre lu dans le cadre du challenge

7/24

La trilogie des Illumières, tome 1 : [L’éternéant], Neal Shusterman

 


Présentation de l’éditeur

[L’éternéant] n.m. Monde situé entre la vie et la mort où se perdent les enfants sur la route de l’au-delà.
Tout commence par un accident.
Nick et Allie ne se connaissent pas. Pourtant, après la collision de leurs deux voitures, c’est ensemble qu’ils se réveillent dans la forêt brumeuse de l’éternéant. Ensemble qu’ils entament une course effrénée vers la vie, au cœur d’un monde qui va bouleverser tout ce qu’ils croyaient savoir de l’existence. Véritable roman-univers où le fantastique le dispute au suspens, l’éternéant à déjà conquis de très nombreux lecteurs.

L’auteur

Auteur et scénariste américain pour adolescents dont je vous laisser découvrir le site : http://www.storyman.com/  Il est l’auteur de nombreux livres comme vous pouvez le voir à travers son site, malheureusement, pour le moment, seuls L’éternéant et Les fragmentés ont été traduits en France.

Le livre

Editions du masque, collection MSK.
Format broché publié en 2012, 302 pages.
Je regrette la couverture, je trouve qu’elle ne reflète pas du tout l’histoire.

 

Mon avis

Je remercie les éditions du Masque et l’opération masse critique de Babelio pour ce très beau partenariat.
J’ai découvert ce roman à travers les blogs juste une petite semaine avant cette opération et si je n’avais pas pu le lire grâce à cela, j’aurai été l’acheter tout de suite tellement il me faisait envie !

Dès la première page j’ai été conquise. D’abord par l’écriture de l’auteur qui m’a bercé durant toute ma lecture. Ce livre m’a fait penser à un conte du début jusqu’à la fin. Je n’avais pas l’impression de lire un livre mais plutôt que quelqu’un me racontait l’histoire. C’est la première fois que je ressens ceci pour un livre et j’en redemande !

Mais j’ai un gros souci : ce livre est un coup de cœur ! Et oui c’est un souci car j’ai du mal à en parler. J’espère vraiment pouvoir vous faire passer tout ce que j’ai ressenti pour ce livre car vraiment il vaut la peine d’être lu sans pour autant vous dévoiler toute l’histoire.

En tout cas il est question d’enfants perdus, de reine des Morveux, de McGill, de pirates, de monstre, d’un hanteur, de périple, de questions, de découvertes, de révélations surprenantes, de livres encyclopédiques… Bref tout un tas de petites choses que j’ai aimé découvrir. Car l’Eternéant est un monde à part entière que l’auteur nous dévoile par petites touches tout au long du récit. Un monde avec ses habitants, ses codes, ses paysages… J’ai été captivé du début jusqu’à la fin. Aucun temps mort et finalement, quand la dernière page arrive on regrette de l’avoir lu si vite.  Et se dire qu’il va falloir un certain temps avant d’avoir la suite !

Beaucoup de personnages haut en couleur, que l’auteur a su jouer avec les mots pour nous trouver des noms : Speedo, Mary Toucéleste, Racine, Vari (pour Stradivarius). J’ai été sous le charme du petit Racine, qui est tellement attachant que j’ai failli verser une larme au début !
J’ai aussi aimé Nick et Allie et surtout Allie qui n’est pas prête à accepter ce qu’il lui arrive. Elle a un caractère bien trempé et a donné du fil à retorde à beaucoup de personnages du livre. Futée, elle ne se laisse pas faire surtout auprès de l’équipage de pirates du McGill qui m’ont d’ailleurs fait penser à Pirates des Caraïbes.

L’auteur rend aussi un très bel hommage à beaucoup de choses détruites sur Terre notamment au World Trade Center. J’ai beaucoup aimé la valeur des objets dans le livre, le fait qu’ils possèdent une âme.

Pour finir, l’auteur nous rappelle subtilement que les apparences sont parfois trompeuses et qu’il faut se méfier de l’eau qui dort, que ce qu’il semble être parfait cache parfois bien des choses…

Voilà je vais arrêter ici car j’ai peur de dévoiler des choses qu’il faut absolument que vous découvriez par vous-même.

En conclusion, ma note


Comme dit plus haut, un véritable coup de cœur. Tout dans ce livre m’a plu et touché : les personnages, l’intrigue, l’univers. Et un gros coup de cœur pour la plume de l’auteur qui m’a transporté !

Quelques citations

P11 : « Un jour comme un autre, dans un virage en épingle qui surplombait une forêt morte, une Toyota blanche percuta  une Mercedes noire si violemment que leurs carrosseries fusionnèrent en un éclair d’argent. »
P65 : « Racine aurait eu le souffle coupé devant les gratte-ciel de Midtown – si ce n’est qu’il n’avait plus de souffle à couper. Le spectacle le plus époustouflant de tous était ces deux tours d’argent qui scintillaient du sud de la ville. Deux monolithes identiques, des jumelles de verre et d’acier qui reflétaient la lueur grise de l’aurore.
- Je ne savais pas que ça existait, des immeubles pareils, dit Racine.
- Ils n’existent pas, répondit Allie dans un soupir. Enfin, plus maintenant.
Racine perçut dans sa voix une tristesse si profonde qu’elle semblait toucher au centre de la Terre. »
P70 : « New-York possédait sa part de berceaux. Le plus beau de tous se situait sur la pointe sud de Manhattan : deux frères gris et leur grande sœur, la statue de la Liberté. Les tours avaient trouvé leur paradis. Elles existaient désormais dans l’éternéant, soutenues avec force et pour toujours par la mémoire collective d’un monde en deuil, par la dignité des âmes qui, ce sombre jour de septembre, avaient atteint le bout du tunnel. »

Petits plus

J’ai lu ce livre dans les transports en communs où j’écoute également de la musique et notamment le dernier album de Beyonce. Et une chanson revenait souvent et je trouve qu’elle colle bien à ce livre :

Rather die young

Je l’a trouve mystérieuse, entrainante et un peu déroutante et c’est ce que j’ai ressenti avec ce livre.
Livre lu dans le cadre du challenge :

5/24

Nigth World, tome 1 : Le secret du vampire, L.J.Smith

Présentation de l’éditeur

Le Night World ne se limite pas à un endroit précis. Il nous entoure. Ses lois sont très claires : sous aucun prétexte son existence ne doit être révélée à qui que ce soit d’extérieur. Et ses membres ne doivent pas tomber amoureux d’un individu de la race humaine. Sous peine de conséquences terrifiantes. Découvrez ce qui arrive à ceux qui enfreignent les règles…

La maladie de Poppy est incurable : elle se prépare au pire. Jusqu’à ce que James, le plus beau garçon du lycée qu’elle aime en secret, lui donne un baiser vertigineux qui lui ouvre son âme. Elle apprend ainsi qu’il partage ses sentiments et fait partie du Night World. Bravant les interdits de son monde, James propose à Poppy de le suivre jusqu’à la mort, et même au-delà. Mais il lui faudrait pour cela devenir un vampire…

L’auteur

Auteure de sagas fantastiques young adults :
-    Night World : 10 tomes actuellement, dont 8 sortis en France.
-    Le journal d’un vampire : 7 tomes.
-    Le cercle secret : 3 tomes
-    Un jeu interdit : 3 tomes (la trilogie est réunie sous forme d’un livre unique aux éditions Michel Lafon). Mon avis ici.
-    Prémonitions : 3 tomes (la trilogie est réunie sous forme d’un livre unique aux éditions Michel Lafon).

Le livre

Editions Michel Lafon
Format poche paru le 12/01/2012 – 288 pages.
Format broché paru le 05/11/2009 – 288 pages.

Et oui comme vous pouvez le voir en haut à gauche de la couverture, les éditions Michel Lafon se lancent au format poche pour le plus grand plaisir des lecteurs ! Et ce format un peu plus large que les autres formats poches, est tout souple ce qui permet après la lecture, d’avoir encore un livre comme neuf sans plis sur la tranche ! Bref un nouveau format que j’ai tout de suite adopté !

Et parlons de la couverture : elle reste la même que pour la version broché et ça, j’en suis plus que ravie car je trouve cette couverture vraiment jolie. Simple mais qui fait de l’effet avec son titre incandescent, ses yeux roses qui nous fixent et les jolies fleurs qui ornent le haut du livre.

Mon avis

Je remercie tout d’abord Camille des Editions Michel Lafon pour ce partenariat qui m’a fait découvrir le tout nouveau format comme expliqué plus haut, mais aussi le premier tome de cette série. En effet, je le dis souvent, mais depuis un moment déjà je voulais découvrir cette série. Le souci avec une PAL monstrueuse et une LAL qui en ferait fuir plus d’un, c’est que c’est dur de tenir le rythme !

Les ingrédients de ce livre sont assez vus et revus dans la littérature young adult (à noter quand même que ce premier tome fait parti des premiers car sorti en 1996) mais je dois dire que ça marche encore, en tout cas pour moi ! J’ai beaucoup aimé les personnages qui ne sont pas du tout plats et sans vie. Au contraire, l’auteur a su les rendre bien réels avec leurs émotions, leurs doutes et leurs personnalités. En tout cas, pour les trois personnages principaux de cette histoire : Poppy, James et Phil. N’allez pas croire qu’il s’agit encore d’un trio amoureux : rien qu’un duo puisque Phil est le frère de Poppy et j’ai justement bien aimé les liens qui unissent ces deux là. De plus, on reste pas du tout insensible aux passages concernant la maladie de Poppy sont vraiment très bien écrits avec sincérité sans être fleur bleue.

Pour ce qui est de l’histoire, je suis un peu déçue. Déçue tout simplement parce que la quatrième de couverture nous dévoile tout de l’intrigue ce qui m’a vraiment ennuyé car en refermant le livre, je n’ai absolument pas été surprise une seule fois. Cependant, je dois dire que j’ai bien aimé le monde que L.J.Smith nous fait découvrir : le Night World où se côtoient diverses créatures fantastiques. Malheureusement, nous n’en découvrons pas assez à mon goût et j’aurai aimé que l’intrigue soit plus centrée sur ce monde et leurs habitants, notamment les deux cousines sorcières de James, j’ai vraiment aimé le court passage où elles nous sont présentées.

Mais en tout cas, je lirai la suite avec plaisir, justement pour essayer d’en savoir plus sur ce monde. A savoir, les tomes se lisent indépendamment les uns des autres. En effet, chaque tome diffèrent par ces personnages principaux, et d’ailleurs, j’ai vu que l’un des tomes était consacré à ces deux sorcières !

En conclusion, ma note


Malgré le manque de surprise du fait de la quatrième de couverture, j’ai passé un bon moment, un livre qui se lit vite avec une écriture légère et fluide. Un monde et des personnages à découvrir à travers les différents tomes de cette série.

Petits plus

Pour en savoir plus sur ce fameux format poche et les dates de sorties pour l’année 2012, c’est ici : Lire en série. D’ailleurs n’hésitez pas à découvrir ce nouveau site des éditions Michel Lafon consacré entièrement à la littérature jeunesse. Pour le moment, le format poche est destiné à la littérature jeunesse mais j’espère qu’avec le temps, d’autres genres feront leur apparition.
Pour ma part, je sens qu’Eternels, Prémonitions et la suite de Night World vont finir dans ma PAL et vous ?

Envie de lire un autre avis sur ce livre, n’hésitez pas à découvrir celui de Mya, ma partenaire.

Pour finir, ce livre a été lu dans le cadre du challenge:


3/24