Archive for the Category »Challenges/ Swap / Tag «

Le goût des pépins de pomme, Katharina Hagena

Le goût des pépins de pomme

Présentation de l’éditeur

À la mort de Bertha, ses trois filles, Inga, Harriet et Christa, et sa petite-fille, Iris, la narratrice, se retrouvent dans leur maison de famille, à Bootshaven, dans le nord de l’Allemagne, pour la lecture du testament. A sa grande surprise, Iris hérite de la maison et doit décider en quelques jours de ce qu’elle va en faire. Bibliothécaire à Fribourg, elle n’envisage pas, dans un premier temps, de la conserver. Mais, à mesure qu’elle redécouvre chaque pièce, chaque parcelle du merveilleux jardin qui l’entoure, ses souvenirs se réveillent, reconstituant l’histoire émouvante, parfois rocambolesque, mais essentiellement tragique, de trois générations de femmes.
Katharina Hagena nous livre ici un grand roman sur le thème du souvenir et de l’oubli.

L’auteur

Katharina Hagena

Katharina Hagena est née en 1967. Spécialiste de l’œuvre de Joyce, elle a enseigné la littérature anglaise et allemande au Trinity College, à Dublin, et à l’université de Hambourg, où elle vit toujours. (source : Le livre de Poche).

Le livre

Éditions Le livre de poche – Paru le 27/04/11

Format poche – 286 pages

Une couverture toute simple avec des pommes ainsi que les feuilles du pommier, à la manière d’un livre botanique avec la coupe transversale d’une pomme. Comme pour nous signifier que l’on va découvrir l’intérieur de la vie de ces 3 générations de femmes.

Mon avis

J’ai acheté ce livre il y a un moment déjà. Le titre m’avait plu et la quatrième de couverture nous annonçant une saga familiale sur 3 générations de femmes m’ont conquis. Malheureusement, il est tombé un peu dans l’oubli et finalement, je ne l’ai ressorti de ma PAL que le mois dernier.

Je dois dire qu’au tout début je n’ai pas accroché. L’écriture de l’auteure était lourde pour moi : beaucoup de longues phrases, de longues descriptions que j’avais du mal à digérer. De plus j’ai trouvé que l’histoire en elle-même prenait du temps à démarrer, à savoir la saga sur la famille.

Mais finalement, plus j’avançais dans le livre et plus j’avais du mal à le lâcher et plus j’ai été conquise par la plume de l’auteure ! J’ai bien fait de persévérer ! Comme on dit si bien, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis!

Nous suivons donc Iris, la narratrice de l’histoire, entre sa vie de maintenant dans la maison familiale qu’elle vient d’hériter (et dont elle hésite de garder) et ses souvenirs (dans lesquels se trouvent cette fameuse saga familiale).

Le récit s’enchaine entre la vie présente et passée sans transitions (ce qui parfois est assez difficile à suivre). En effet, les souvenirs nous sont contés au fur et à mesure qu’ils arrivent à la mémoire d’Iris : par brides, à la vue d’une simple pièce, d’une simple odeur… Tout nous est détaillé, et j’avais l’impression d’être moi-même Iris en train de revivre tous ses souvenirs. Les descriptions visuelles et olfactives sont très présentes, et j’arrivais à sentir l’odeur de ces fameuses pommes (très présentes dans le livre).

Au fur et à mesure des souvenirs qui nous parviennent, sans ordre chronologique, nous faisons la connaissance de chacune des fameuses femmes de cette famille : Bertha, ses 3 filles Harriet, Inga et Christa ainsi que de leurs propres filles Rosemarie et Iris. Je ne dirai rien sur leurs vies et leurs personnalités, mais sachez qu’elles valent toutes le détour d’être découvertes, sous un fond de tragédie familiale.

Un très bon livre sur le souvenir ainsi que sur l’oubli. J’ai finalement adhéré à l’écriture, une belle écriture (certes parfois assez longue) mais qui nous fait beaucoup réfléchir sur la place du souvenir dans nos vies.

En conclusion, ma note

4,5Un joli livre sur le souvenir, des héroïnes attachantes et une écriture particulière qu’on apprend à aimer au fur et à mesure de la lecture.

Quelques citations

p22 : “J’écrivais encore des lettres à l’époque, je croyais encore à ce qui est écrit, à ce qui est imprimé, à ce qui peut être lu. Cela ne devait pas durer. Entre-temps, j’étais devenue bibliothécaire à l’université de Fribourg, je travaillais avec les livres, j’achetais des livres, il m’arrivait même d’en emprunter. Mais lire? Non. Autrefois, oui, et même plus qu’il n’eût fallu, je lisais tout le temps, au lit, en mangeant, à bicyclette aussi. Fini, terminé. Lire signifie collectionner, et collectionner signifie conserver, et conserver signifie se souvenir, et se souvenir signifie ne pas savoir exactement, et ne pas savoir exactement signifie avoir oublié, et oublier signifie tomber, et tomber doit être rayé du programme. Cela en guise d’explication.”

p88 : “Lorsqu’on perd la mémoire, le temps passa d’abord beaucoup trop vite, ensuite plus du tout. […] Le cerveau s’ensablait comme le lit instable d’une rivière. Cela commençait par s’effriter sur les bords, puis les berges croulaient dans l’eau par pans entiers. La rivière perdait sa forme et son courant, sa raison d’être. Pour finir, cela s’arrêtait de couler, ne faisait plus que clapoter misérablement dans tous les sens. Il se formait dans le cerveau des dépôts blancs qui bloquaient les impulsions électriques, les terminaisons étaient totalement isolées, et à terme échu, la personne également.”

p108 : “Monsieur Lexow avait-il déjà oublié la soirée d’hier? Les gens devenaient-ils oublieux lorsqu’ils avaient quelque chose à oublier? L’oubli ne tenait-il qu’à l’incapacité de retenir les choses? Peut-être que les vieilles gens n’oubliaient rien mais se refusaient simplement à retenir ceci ou cela. A partir d’une certaine quantité de souvenirs, chacun devait finir par en être saturé. L’oubli n’était donc lui-même qu’une forme de souvenir. Si l’on n’oubliait rien, on ne pourrait pas non plus se souvenir de quoi que ce soit. Les souvenirs sont des îles qui flottent dans l’océan de l’oubli. Il y a dans cet océan des courants, des remous, des profondeurs insondables. Il en émerge parfois des bancs de sables qui s’agrègent autour des îles, parfois quelque chose disparaît. Le cerveau a ses marrées. Chez Bertha, les îles avaient été submergées par un raz-de-marée. Sa vie gisait-elle au fond de l’océan?”

p221 : “Quiconque oublie le temps cesse de vieillir. L’oubli triomphe du temps, ennemi de la mémoire. Car le temps, en définitive, ne guérit toutes les blessures qu’en s’alliant à l’oubli.”

 Petits plus

Livre lu dans le cadre: 81568792_p.jpg catégorie Aliment / Boisson

Yakusa Gokudo, tome 1: les otages du Dieu-Dragon, Michel Honaker

Yakusa Gokudo t1

Présentation de l’éditeur

Les préceptes du Yakusa:

  • En toute occasion tu resteras loyal à ton clan.
  • Jamais tu ne révéleras les secrets de ton clan.
  • Si nécessaire tu sacrifieras ta vie pour ton clan.

A ce prix s’ouvrira pour toi le Gokudo, la voie ultime. La seule assez noble pour être suivie par le Yakusa.

Une jeune femme tout droit sortie des eaux erre sur le port de Kishiwada. Saburo décide de la protéger. Entre sa conscience et les ordres de son clan, le jeune yakusa va devoir faire un choix.

L’auteur

Michel Honaker
Michel Honaker est un écrivain français. Il a commencé dans la science-fiction puis s’est tourné vers la littérature jeunesse où il a écrit de très nombreux livres.

Le livre

Editions Flammarion – Paru le 06/02/13
Format broché – 224 pages
Illustration par Aurélien Police

J’aime beaucoup la couverture, notamment la robe de la jeune femme qui se confond avec une vague de l’océan. L’illustration reflète exactement ce que contient le livre.

Mon avis

Je ne connaissais pas du tout l’univers des Yakusa correspondant à la mafia japonaise (oui oui je suis une inculte lol mais il est vrai que je ne savais pas que la mafia japonaise portait se nom là).  J’ai donc tout de suite été intéressée pour découvrir ces fameux Yakusa et leurs préceptes.

Je dois dire qu’au début, j’ai trouvé le roman long à démarrer. Certes on fait la connaissance de Saburo, ce jeune Yakusa tiraillé entre les membres de son clan et sa mère qui ne comprend pas la décision de son fils de faire partie de la mafia, elle qui voulait qu’il fasse les beaux-arts à Paris! Lors d’une mission pour son clan, il découvre tout droit sortie de la baie d’Osaka, une jeune fille, Mariko, qui lui fait penser à la princesse des mers Otohimé (un conte que sa mère lui contait durant son enfance et qu’il admire beaucoup).  Celle-ci sous le choc, ne parle pas et Saburo décide de l’aider, malgré les interdictions de son clan et les bâtons dans les roues mis par la police.

Par la suite, l’action est au rendez-vous et les événements s’enchainent comme tout bon thriller. Recherchée par la mafia coréenne, Mariko va être prise sous l’aile de Saburo. A force de persévérance, il finira par découvrir que Mariko n’est pas coréenne mais japonaise, enlevée par la Corée du Nord durant l’enfance afin de servir l’armée nord coréenne notamment pour leur apprendre le japonais et les coutumes du Japon. Je ne connaissais pas du tout ces événements alors que cela fait plusieurs années que cela se déroule et comme le dit si bien Michel Honaker :

« Le désir d’aborder le sujet des yakusa remonte à plusieurs années. En fait, mon épouse étant japonaise, et originaire de Kishiwada, comme du reste toute ma belle famille, nous avons souvent eu des discussions à ce sujet. Les héros de ce roman ont ceci de particulier qu’ils renvoient à des personnages bien réels. Ne restait qu’à mettre en scène une bonne histoire se déroulant dans ce milieu. Là encore, mon épouse a été d’un précieux concours, en évoquant les « disparus » japonais, kidnappés par des commandos nord-coréens, et ce depuis plus de 40 ans. Imagine t-on des espions italiens, enlevant de jeunes adolescents sur des plages de Nice, et les séquestrant jusqu’à leur âge adulte… Cela fait froid dans le dos. Et c’est ce que j’ai ressenti en écoutant cette incroyable histoire. Au Japon, tout le monde sait, en dépit des dénégations officielles… très embarrassantes. »

Concernant les personnages, j’ai apprécié Saburo, bien qu’en lisant le livre, j’avais l’impression qu’il soit un surhomme, dormant et mangeant très peu! L’honneur et le respect sont pour lui très importants et malgré le fait qu’il fasse parti de la mafia, il a bon cœur et n’hésite pas à braver son clan pour faire ce que lui dicte son cœur. Sa relation avec sa mère est vraiment attachante, on sent que c’est lui l’homme de la maison, qui ramène l’argent pour aider sa mère. Cependant, il reste encore le fils et celle-ci n’hésite pas à lui mettre des claques lorsqu’il passe la nuit dehors! D’ailleurs j’ai beaucoup aimé la mère de Saburo, un petit bout de femme qui lutte coûte que coûte pour garder l’honneur de sa famille. Enfin, je n’ai pas du tout adhéré au personnage de Mariko. J’ai trouvé son personnage trop « demoiselle en détresse« .

J’ai beaucoup apprécié de découvrir l’univers des Yakusa, avec leurs codes, leurs préceptes, les divisions du clan… Cette mafia qui règne en maître et dont même les autorités ferment les yeux sur leurs agissements.
Les détails sur le Japon ainsi que sur les Yakusa nous laissent deviner un grand travail de recherche par l’auteur, d’ailleurs cela est confirmé par les propos de l’auteur lui-même puisqu’il s’est renseigné auprès de sa femme et de sa belle famille. Cependant, j’aurai aimé en savoir encore plus et que le clan soit plus présent au niveau de l’histoire, j’espère que cela sera le cas dans les prochains tomes.

En conclusion, ma note

4,5
Un univers inconnu que j’ai aimé découvrir, un thriller où les événements s’enchainent ne laissant aucun répit à notre héros.

Petits plus

Je remercie les éditions Flammarion pour cette découverte.

Livre lu dans le cadre de : 81568792_p.jpg Catégorie Animal

Lune mauve, tome 1 : la disparue, Marilou Aznar

Lune Mauve

 

Présentation de l’éditeur

Un seul coup d’oeil m’avait suffi pour constater que j’étais la fille la plus mal fagotée du bahut. Moi, Séléné Savel, à Darcourt, le lycée le plus snob de Paris? Je m’y donnais autant de chances de survie qu’une souris lâchée dans un enclos de chats affamés! J’étais plongée dans mes pensées moroses lorsqu’une élève me bouscula. Là où elle m’avait touchée, la peau me démangeait d’une vibration électrique. Un visage s’insinua dans mon esprit, celui d’un inconnu aux iris aussi verts et froids que ceux d’un serpent, puis il s’effaça aussitôt. Je retiens ma respiration. Ma nouvelle vie était sur le point de commencer.

Son destin est plus grand que le notre.

L’auteur

Marilou AznarMarilou Aznar a travaillé dans le milieu de la musique ainsi que dans le monde du doublage des séries TV.

Lune mauve, son premier livre est une trilogie dont le premier tome : la disparue, est paru le 6 mars 2013. Le tome 2 : l’héritière, paraitra en mai 2013 et le troisième et dernier volet : l’affranchie, sortira en automne 2013.

Le livre

Editions Casterman – Paru le 6 mars 2013.

Format broché – 432 pages.

Alors là, je dois dire un grand bravo à la maison d’édition pour la beauté du livre. On ne le voit pas sur l’image mais la couverture est irisée, avec le titre en relief. La lune en premier plan nous envoute complètement et nous invite à découvrir son secret. La jeune adolescente de la couverture reste en retrait permettant de nous laisser hypnotiser par la lune.

Mon avis

Écrit à la première personne, nous faisons la connaissance de Séléné, perdue au fin fond de la presqu’île de Crozon en Bretagne. Séléné qui jusqu’ici vivait un peu recluse avec son père, va se retrouver propulsée pour sa rentrée de seconde dans l’un des lycées les plus snob de Paris : Darcourt. Elle va tout de suite être prise en grippe par la “star” du lycée et sa clique : Alexia sa cousine. Des éléments étranges vont se produire depuis son arrivée à Paris et des éléments sur la disparition de sa mère il y a plusieurs années vont forcer Alexia a enquêter sur ses origines et notamment sur la soudaine disparition de sa mère.

Séléné est vraiment attachante. J’ai tout de suite adhéré à ce personnage, non pas parce qu’il s’agit de l’héroïne, mais tout simplement parce qu’elle est vraie et authentique. Ce n’est pas l’une de ces miss parfaites que l’on rencontre souvent dans les livres. Séléné est tout simplement l’adolescente dans toute sa splendeur avec ses qualités et des défauts : peu sûre d’elle, elle peut être adorable avec ses amis et l’instant d’après devenir totalement égoïste. Elle va faire beaucoup d’erreurs, notamment avec ses amis mais aussi sa famille, mais elle va apprendre de ses erreurs.

Les autres personnages sont aussi attachants qu’éclectiques et apportent chacun sa propre couleur dans le roman : Nora, Adrien, Alexia, Milou, Thomas, Scarlett, Lazlo… bref tout un panel de personnages que l’on va aimer ou détester et qui vont suivre Séléné tout au long du roman.

La romance est aussi présente dans ce livre avec le mystérieux Lazlo. Mais tout comme le fantastique, celle-ci est très bien dosée sans qu’on se retrouve dans un roman pour midinettes! Le fantastique est quand à lui parsemé à travers les déboires de l’adolescente. Par petites touches, on commence à découvrir un nouvel univers et j’espère que celui-ci aura plus de place dans le second tome.

Lune Mauve est donc avant tout un roman sur l’adolescence et ses difficultés. Tout les thèmes y sont abordés notamment l’amour, trouver sa place dans une mini-société comme le lycée, les réseaux sociaux et leur impact, l’alcool… sans que cela soit un livre dénonciateur.

J’ai aimé l’écriture de l’auteure qui est vraiment très fluide. Tout est vraiment très bien détaillé notamment les paysages et tout ce qui entoure Séléné. Cependant, il y a un seul bémol pour moi dans ce livre c’est que j’ai trouvé que tout ce qui ne concernait pas Séléné, notamment ses amis ou les autres personnages, n’étaient pas assez détaillés. J’ai eu l’impression parfois d’avoir raté un passage lorsqu’une révélation sur des personnages apparaissait. Mais je me demande si justement, cela n’est pas voulu par l’auteure, étant donné que le récit est raconté par Séléné, qui parfois à tendance à ne se préoccuper que d’elle même, elle apprend comme nous certaines choses comme un cheveu sur la soupe puisqu’elle ne s’était pas préoccupée plus que ça de ses amis… bref à méditer!!!!

 

En conclusion, ma note

4,5

Une jolie écriture nous dévoilant une héroïne authentique, saupoudrée de fantastique pour un premier tome très prometteur de cette trilogie.

 

Quelques citations

p59 : “Le temps est une mécanique étrange. Il a le don merveilleux de se suspendre l’instant d’un regard. J’avais la sensation que mon inconnu me scrutait depuis une éternité. Le dernier soleil de l’automne tamisant son or entre les branches, la douceur trompeuse de l’air chargé de l’odeur sucrée des magnolias, tout autour de moi se figea, gravant à jamais dans mon esprit la douloureuse perfection de cet instant.”

p97 : “ Un espoir mêlé de peur fit naître en moi des émotions d’une violence inconnue. La foudre m’avait frappée, bouleversant mon existence de son feu dévastateur. Les eaux paisibles de mon cœur s’étaient soulevées, et coulaient à présent dans mes veines comme un torrent tumultueux.”

p314 : “ J’étais redevenue la petite fille abandonnée d’autrefois. Celle qui avait tant de fois rêvé de cet instant sans imaginer que l’amertume des regrets l’empoisonnerait pour toujours.”

p334 : “ La morsure de la souffrance arriva plus tard, comme une vague refluant après le vide, insoutenable.”

p343 : “ L’atmosphère sauvage de l’île avait fini par mettre à nu ma souffrance. Telle une morte, un zombie, qui s’éveille lentement à la vie, tout me bouleversait. Le silence, l’âpreté du paysage. Le bleu insensé du ciel qui se mêle à l’eau. Le vent parfumé d’essences, piquant de sel.”

 

Petits plus

Marilou Aznar et moiLe 2 mars dernier, j’ai eu la chance de rencontrer l’auteure avec plusieurs autres blogueuses dans un salon de thé parisien grâce aux éditions Casterman. Une rencontre en petit comité nous permettant de poser pleins de questions à l’auteure et d’en savoir un peu plus sur elle. Marilou Aznar est vraiment très sympathique. Je suis très timide et elle a su nous mettre à l’aise étant donné qu’elle même avait un peu peur de cette première rencontre! Je n’ai pas pris de notes à gogo, ni même enregistré cet échange car je voulais en profiter un maximum. Mais voici en résumé ce que cette rencontre m’a appris :

Marilou écrit depuis l’enfance, elle a voulu écrire un livre pour ado car elle même se sent encore un peu ado. Elle aime le fantastique et la science-fiction mais pas la fantasy. Le fantastique dans son livre à petite dose permet de servir l’histoire sans étouffer le côté contemporain. Tous les lieux du roman existent et son des lieux qu’elle a déjà visité durant son enfance. Elle aime beaucoup les civilisation oubliées c’est pour cela qu’il en question dans le livre. Côté écriture, elle écrit toujours dans le désordre et non pas de manière chronologique, et elle a souvent jonglé entre les trois tomes. Elle adore lire et les réseaux sociaux!

Marilou Aznar dédicaceA la fin, une petite séance de dédicace (la première pour l’auteure) pour mon plus grand plaisir :)

Dédicace Marilou Aznar

Un auteure adorable vraiment très proche de ses lecteurs, n’hésitez surtout pas à visiter le blog du livre : http://bloglunemauve.wordpress.com/ ainsi que la page facebook tenue par Marilou Aznar elle même!

Le trailer du livre:

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=TLuwKgGiTeo]

 

Enfin, l’auteure sera présente au salon du livre de Paris le dimanche 24 mars.

Livre lu dans le cadre 81568792_p Catégorie couleur

La cité des ténèbres, tome 1 : la coupe mortelle, Cassandra Clare

LaCiteDesTenebres_1

Présentation de l’éditeur

Clary n’en croit pas ses yeux. Elle vient de voir le plus beau garçon de la soirée commettre un meurtre. Et, détail terrifiant : le corps de la victime a disparu d’un seul coup !
Mais le pire reste à venir… Sa mère a été kidnappée par d’étranges créatures et l’appartement complètement dévasté. Sans le savoir, Clary a pénétré dans une guerre invisible entre d’antiques forces démoniaques et la société secrète des chasseurs d’ombres… Une guerre dans laquelle elle a un rôle fatal à jouer.

L’auteur

Cassandra CareCassandra Clare est né de parents américains à Téhéran, en Iran et a passé une grande partie de son enfance à parcourir le monde avec sa famille. La Coupe Mortelle est son premier roman. (source : le site de l’auteur)

Le livre

Éditions Pocket Jeunesse – Paru le 16/05/2012

Format broché – 571 pages

Je trouve la couverture très belle, très sobre et mystérieuse, avec juste une petite touche de couleur pour le titre et les traces de griffure rouges. Il s’agit d’une réédition et je préfère cette nouvelle couverture plutôt que l’ancienne :

livre-la-coupe-mortelle-1

Mon avis

Ce livre est tombé par hasard dans mes mains lors du salon du livre et de la presse jeunesse 2012 de Montreuil. En effet, en me baladant sur le stand de Pocket, à la caisse où je payais d’autres achats, je suis tombée sur une affiche de cette saga et une employée de chez Pocket me lance, « n’hésitez surtout pas, j’ai dévoré les 3 tomes en une semaine, c’est vraiment très bien, mieux traduit que Twilight ». De là, en entendant Twilight, mon chéri me l’offre! Et bien je ne suis pas déçue, bien que pour le moment, aucune saga de ce genre n’a détrôné Twilight pour moi!

Tout est au rendez-vous pour plaire aux ados et jeunes adultes : fantastique, triangle amoureux, don, passé trouble… ingrédients qui se retrouvent très souvent dans ce genre de livre mais qui marchent très bien et cette saga le prouve!

Nous suivons donc Clary, une jeune New-yorkaise de 16 ans qui va faire une rencontre assez inattendue : un groupe de chasseurs d’ombres. En effet, elle l’ignorait encore avant leur rencontre, mais son monde est peuplé de créatures fantastiques comme les vampires, sorciers et loup-garous, et les chasseurs d’ombres sont là pour protéger les humains.


Jusqu’au 3/4 du roman, je me suis dit, bon voilà un livre sympa, qui se lit facilement mais qui finalement ne sort pas du lot. Et bien je dois dire qu’une révélation, que je n’avais pas du tout vu venir à la dernière partie du roman, me fait changer mon point de vu! J’espère que la suite sera aussi imprévisible!

En conclusion, ma note

4

On se laisse facilement prendre par l’intrigue et les personnages, un livre réunissant tous les ingrédients de la littérature pour jeunes adultes.

Petits plus

N’hésitez pas à aller faire un tour sur le site très complet de la saga : http://www.lacitedestenebres.com/

L’adaptation cinématographique est prévu pour le 16 octobre 2013 et je dois dire que la bande annonce me fait très envie:

challenge perso chroniques
1/40

Rose tome 4: Rose et le fantôme du miroir, Holly Webb

 

Présentation de l’éditeur

Toujours apprentie chez Monsieur Fountain, Rose s’interroge de plus en plus sur ses origines. Elle découvre un miroir magique ayant appartenu à sa mère et va devoir affronter un fantôme.

 

L’auteur

 

Holly Webb est une auteure anglaise de livres pour enfants. Avant de se lancer dans l’écriture, elle était rédactrice en chef de fictions pour enfants. Sa série Rose compte quatre romans. Une nouvelle série « Lily » vient de voir le jour avec pour le moment, deux tomes, cette nouvelle série tarde à être publiée en France, dommage que je ne lise pas en V.O.

Un petit tour sur le site de l’auteur: Holly Webb.

 

Le livre

Editions Flammarion – Paru le 10/10/12

Format broché – 320 pages

Décidément, je suis vraiment tombée amoureuse des couvertures de cette saga !

 

Mon avis

C’est avec un petit pincement au cœur que j’ai lu ce livre, puisqu’il s’agit du dernier tome des aventures de Rose.

Et je dois dire que ce dernier tome est très réussi. Nous avons toujours les mêmes ingrédients que les précédents : magie, époque victorienne, personnages attachants, héroïne courageuse et généreuse. Mais le petit plus c’est qu’on découvre le passé de Rose et notamment de ses parents. Rose qui se pose toujours autant de questions sur son passé et l’arrivée de ce fantôme ne vas pas arranger les choses. La magie est très présente, je trouve même que c’est le tome où elle est le plus prépondérante. Comme le tome précédent, les personnages secondaires sont encore une fois mis en valeur : l’auteure a su doser l’histoire de Rose et les autres personnages, tout n’est pas centrée sur celle-ci.

Le côté positif également de cette série c’est que chacun des tomes peuvent se lire indépendamment les uns des autres, puisque au début de chaque roman, nous avons un petit résumé des tomes précédents.

Juste un petit bémol : que cette saga soit finie !!!!

 

En conclusion, ma note

Un tome qui clôture avec brio cette magnifique saga, avec des personnages aussi attachants les uns que les autres.

 

Petits plus

Je remercie les éditions Flammarion pour m’avoir permis de découvrir cette saga.

Mes avis sur les tomes précédents :

Vous avez envie de découvrir cette saga ? Rendez-vous dimanche pour un concours permettant de gagner le premier tome de la saga, en partenariat avec les éditions Flammarion.